Textes repères et études >> Textes repères

Refonder l’éducation aux médias

La culture de l’information est devenue la forme privilégiée d’accès à ce qu’il convient désormais d’appeler "l’ère numérique", laquelle a commencé vers 2006, avec l’avènement international de réseaux communautaires. Cette culture s’est complexifiée avec l’explosion des formes différenciées de l’information et une frénésie de communication à travers ses interfaces technologiques. Pour pouvoir se projeter dans une éducation aux médias et une culture de l’information qui « fasse sens » pour le XXIe siècle, il faut avoir une vision de ce qu’est le "sujet numérique", de sa relation à l’information, de ses pratiques sociales formelles et non formelles, afin appréhender la manière de donner à ce "citoyen numérique" la maîtrise de cette société de l’information. Il s’agit là d’un enjeu de civilisation : comment construire une société numérique à dimension humaniste, pour répondre aux besoins de justice sociale et d’émancipation culturelle pour tous ?

Cet article se trouve également dans la revue Vers l’éducation Nouvelle N°549 - dossier intitulé "les jeunes et le numérique"

Les jeunes ont migré sur les réseaux sociaux où ils se retrouvent entre "amis" ou "pairs", échappant aux relations des adultes, éducateurs et médiateurs. Or, leurs pratiques sur les réseaux pour enrichissantes et ludiques qu’elles paraissent, ne s’inscrivent pas moins dans des confusions, problématiques en termes de liberté d’expression, de propriété intellectuelle, de vie privée... De plus, la fracture numérique se creuse, avec une minorité d’usagers qui utilisent la majorité de la bande passante à haut débit et développent des usages enrichis. S’amplifient également, des relations asymétriques entre pourvoyeurs de plateformes d’origine américaine et utilisateurs, sans réelle alternative industrielle en Europe. C’est ainsi un enjeu pour la diversité culturelle et le dialogue interculturel de notre continent.

À la fin du XIXe siècle, à l’ère moderniste, le défi était de passer d’une économie de production à une économie de consommation en créant une structure sociale et culturelle d’appui adéquate. Depuis la fin du XXe siècle, à l’ère numérique, il s’agit, au regard d’un projet d’une société citoyenne, de passer d’une économie de consommation à une économie de participation, avec l’organisation culturelle et sociale y afférant.

De quelques caractéristiques stabilisées de l’ère numérique

Un certain nombre de caractéristiques sont désormais repérables dans le cyberespace. Elles correspondent à des inversions ou des rééquilibrages et induisent des accélérations de comportements, voire des changements de valeurs.
- L’interaction (humaine) et l’interactivité (machinique) sont accrues avec l’architecture décentralisée du Web 2.0, qui permet une distribution de l’information et le partage de ressources.
- Le comportement de l’usager, également contributeur de contenu et producteur d’information, se focalise sur l’extraction de l’information et son exploitation.
- La culture alphabétique hégémonique est partiellement supplantée par la culture visuelle.
- Les médias mutent ; aux fonctions traditionnelles du spectacle, s’ajoutent celles du service et toutes sortes de formats hybrides, entre fiction et information, apparaissent.
- La plupart des activités quotidiennes, au foyer comme au bureau, passent d’abord par un accès ou une connexion en ligne, avec des retombées ou pas, hors ligne.
- Le rôle "traditionnel" de l’école comme lieu de transmission et de reproduction des savoirs, est "percuté" par des pratiques de co-construction et de collaboration qui sont présentes sur les réseaux, s’appuyant sur une énorme bibliothèque universelle.

Culture de l’information et paradigme de la participation

Paradoxalement, du fait du numérique, la culture de l’information a mené en partie, au paradigme de la participation, alors qu’elle avait pour but, pour les initiateurs, de susciter encore plus de consommation. Mais cette dernière est souvent réduite à de l’auto-expression et de l’extimité, sous des injonctions technico-commerciales permanentes. Or cette participation permettrait toutes sortes de formes d’expression : artistique, politique, culturelle et sociale... et aussi toutes sortes de formes d’engagement civique et citoyen. Mais pour passer de cette promesse à une réalité sociale dans les pratiques des jeunes, il y a nécessité de mettre en œuvre un projet d’éducation fort. Ceci est renforcé par le fait que la nature de cette participation n’est pas sans poser problème. Elle se caractérise par plusieurs contradictions ou tensions. Celles-ci se manifestent dans toutes sortes de questions de société, comme la liberté d’expression et de diffusion, l’identité, la dignité, la vie privée, la diversité, le droit d’auteur... Tout ne pouvant être réduit à une marchandise, dans les sphères de la vie publique ou privée, un défi apparaît, celui de protéger les acquisitions positives de la modernité en termes de démocratie : droits de l’homme, sphère publique, liberté de la presse...

Au regard de ces transformations et de cette complexité, se poser la question du mode de vie dominant des sociétés fondées sur la culture de l’information est donc essentiel. Il est nécessaire de regarder les figures, du "sujet numérique", qui apparaissent. Les sphères sociales du travail, du loisir, de la santé... sont toutes affectées. Les figures modernistes du citoyen et du consommateur se dotent de possibilités de participation politique et économique accrues et inédites. Ces figures numériques à proprement parler présentent des caractéristiques qui existent en ligne d’abord, avec des retombées ou pas sur la réalité hors ligne, celles du "cybercitoyen" (démocratie directe par une interaction entre une cause, un réseau et un support, avant-goût d’une opinion publique mondiale en construction participative), du "spect’acteur" (mise en activité à travers l’interaction sur les contenus et la production ou l’enrichissement de ceux-ci), du "netayer" (quelques grands propriétaires numériques distribuent des moyens de production aux masses, et ils gardent pour eux les bénéfices économiques, issus de cette contribution de chacun) et du "gameur" (la situation d’immersion dans les jeux, change la nature du processus de communication par l’interaction avec la machine, elle introduit la mobilité de l’usager à l’intérieur du monde virtuel déplaçant les perceptions de la réalité, de l’identité...).

Les retombées pour l’éducation

L’éducation à venir du XXIe siècle va consister à faire en sorte que le "sujet numérique" maîtrise ces différentes figures, de manière consciente et critique. Il est indispensable qu’il comprenne que la plateforme ou le réseau numérique qu’il utilise est guidé par une intentionnalité incarnée par un autre sujet, le designer, dont la présence s’inscrit dans les langages de visualisation et de programmation... Qu’il est au cœur d’enjeux économiques et de cibles de stratégies marketing de plus en plus élaborées, s’appuyant sur le profilage de ses données personnelles. L’ère numérique induit aussi des accélérations de comportements et de changements, qui déplacent certaines valeurs de la communication et de l’information et en font émerger d’autres, comme l’intelligence collaborative distribuée.

Un "illectronisme" excluant bon nombre de citoyens, peut se développer. Pour lutter contre, il va falloir, au-delà de la "capacité à maîtriser l’information" (information literacy ) qui complète une éducation aux médias (media literacy ), inventer une "translittératie" sur tous supports. Ce nouveau modèle de "translittératie numérique" viserait à donner une emprise critique sur les médias, avec une approche citoyenne et une approche économique d’intervention productive sur ces médias.

Pour que cette formation ne puisse être récupérée par l’injonction techniciste et les doubles contraintes de l’adaptation utilitariste, elle doit se mettre sous l’égide des droits de l’homme. L’attention aux droits de l’homme en ce qui concerne la culture de l’information, touche notamment la dignité, la liberté d’expression, la vie privée et la participation.

Pour que l’ère numérique soit humaniste

L’association de l’éducation aux médias et des droits de l’homme peut être une force de proposition pour la construction d’une citoyenneté participative tenant compte des contraintes transfrontières de l’ère numérique. Elle peut répondre aux dérives du totalitarisme du marché piloté par les produits financiers toxiques et aux risques du totalitarisme politique s’appuyant sur des processus de surveillance des réseaux. Les développements technologiques ne sont pas éthiquement contrôlés alors qu’ils devraient l’être. L’éducation a toujours répondu à un souci d’humanisation de la société et de ses innovations. Cette "translittératie" qui engloberait les droits de l’homme pourrait s’inscrire dans "l’humanisme numérique", vu comme le résultat d’une convergence inédite entre notre héritage culturel complexe et une technique devenue un lieu de sociabilité sans précédent. Il est essentiel de pouvoir transférer à la toile virtuelle, les principes et pratiques juridiques qui existent pour les médias audiovisuels, pour que les droits de l’homme migrent sur les réseaux et s’y implantent. La société civile, porteuse de ce projet "politique", en lien avec les institutions publiques avec lesquelles elle doit construire des relations équilibrées d’acteurs, doit en être un levier essentiel, dans une logique de co-régulation, mobilisant aussi les industries des contenus numériques.

Divina Frau-Meigs Professeure à la Sorbonne nouvelle, Paris 3, membre du comité scientifique de Enjeux E-médias

Christian Gautellier Directeur national des Ceméa, en charge de la communication, des publications et du pôle Médias, éducation critique et engagement citoyen, Président de Enjeux E-médias

Cet article ouvre le dossier sur les jeunes et le numérique du numéro de Janvier 2013 de la revue Vers l’éducation nouvelle des Ceméa...

Mise en ligne le 10 février 2013
Retour Haut de page

2025 Exmachina

L’isoloir donne la parole aux adolescents


RECHERCHE
Recherche avec Spip


EVENEMENT
  • • SOUS LE NUMERIQUE, LA PÉDAGOGIE ?
    6 juillet 2014

  • • Observatoire 2013-2014 des pratiques numériques des jeunes, Ceméa et Région Basse-Normandie
    19 août 2014

  • • Toute la programmation de la 10ème édition du festival européen du film d’éducation
    28 octobre 2014

  • DERNIERS ARTICLES
    Follow cemeaeejm on Twitter
  • • Enjeux e-médias réagit suite au rapport du Cnum, Jules Ferry 3.0
    30 octobre 2014

  • • Individualisme et écrans, les réflexions de Philippe Meirieu
    28 octobre 2014

  • • Toute la programmation de la 10ème édition du festival européen du film d’éducation
    28 octobre 2014

  • • Le 2ème rapport de l’observatoire de la déontologie de l’information, présenté ce 15 octobre
    15 octobre 2014

  • • Un rapport sur l’école dans un monde numérique
    12 octobre 2014

  • • Le programme des assises du journalisme
    12 octobre 2014

  • • Toutes les vidéos en ligne du colloque "Les enfants face aux écrans"
    28 septembre 2014

  • • L’éducation au médias et à l’information augmentée par le numérique
    28 septembre 2014

  • • Usages des médias : quelles évolutions ?
    28 septembre 2014

  • • Le Bulletin de l’APCP d’octobre en ligne
    28 septembre 2014

  • • 2ème rapport sur la déontologie de l’information
    24 septembre 2014

  • • Enfants connectés, éduquer à l’ère numérique
    17 septembre 2014

  • • Enjeux e-médias invitée de la Web radio Vivoice
    16 septembre 2014

  • • Image, entre éducation et manipulation
    16 septembre 2014

  • • Acharnement de l’administration fiscale contre Acrimed
    8 septembre 2014

  • • La protection de vos données... on sait tout de vous !
    8 septembre 2014

  • • Observatoire 2013-2014 des pratiques numériques des jeunes, Ceméa et Région Basse-Normandie
    19 août 2014

  • • Un journal pour les junior sur ARTE !
    7 juillet 2014

  • • Adolescents, jeunes adultes et médias : le séquençage des pratiques médias des 13-24 ans
    7 juillet 2014

  • • SOUS LE NUMERIQUE, LA PÉDAGOGIE ?
    6 juillet 2014

  • • Le bulletin de l’APCP, du mois de juillet en ligne
    6 juillet 2014

  • • Comprendre "Creative Commons" en 2 minutes
    13 juin 2014

  • • Six types d’écritures numériques à découvrir et apprendre...
    13 juin 2014

  • • Le numérique à l’école : des outils au service de l’apprentissage des élèves, vraiment ?
    13 juin 2014

  • •  Les échecs (et les nouveaux espoirs) de la théorie des Nouveaux médias
    13 juin 2014