Charte qualité pour les formations longues à l’animation professionnelle

Pourquoi cette charte ?
Mouvement d’éducation nouvelle ancré dans l’éducation populaire, nous avons choisi d’agir par la formation des intervenants éducatifs et sociaux.
« Ce choix revendiqué d’agir comme organisme de formation, la plupart du temps dans le cadre d’une mission de service public, doit être accompagné d’engagements précis, concrets, véritables, qui montrent l’exigence que nous avons envers nous-mêmes. Cela témoigne du respect que nous portons à ceux qui choisissent nos formations professionnelles et nous font confiance : employeurs, stagiaires, tutelles. Nous prenons ici le risque dynamique d’avancer des engagements vérifiables par nos partenaires.

Ces engagements prennent en compte l’environnement technique de nos formations, de l’accueil des candidats à l’accompagnement des diplômés. Ils ne sauraient s’y limiter comme les agences de certification le développent actuellement. Pour les Ceméa, l’acte de formation n’est pas ‘‘résumable’’ à la simple mise en œuvre de techniques contrôlables. Il est sous-tendu par des conceptions, des représentations, des objectifs qui pèsent dessus et qu’il convient de mettre à jour. Ce sont là aussi, pour nous, des éléments de qualité de toute formation. C’est pourquoi, dans ce document, nous explicitons qui nous sommes et ce que nous pensons.

Et nous avons choisi de travailler nous-mêmes sur ce cadre d’exigence, parce que nous sommes certains que les associations ancrées dans l’éducation populaire, agissant pour la formation professionnelle initiale et continue des acteurs de terrain, sont capables d’élaborer avec leurs partenaires et leurs tutelles les éléments permettant d’évaluer et de garantir la qualité des actions qu’ils engagent. Cette charte est une contribution à cette dynamique, comme elle est un des éléments de ‘‘l’engagement qualité’’ que nous avons initié pour nos autres actions dans le domaine des loisirs et des politiques éducatives. »

Jacques Demeulier, Directeur Général des Ceméa.

Les Ceméa pensent que...

Exercer les métiers de l’animation c’est :
- Participer à la transformation des personnes, des groupes et des organisations,
- Favoriser le développement des liens sociaux,
- Agir pour l’autonomie des personnes et des groupes,
- Soutenir la transformation des dynamiques des territoires,
- Contribuer au développement du bénévolat et de la vie associative,
- Aider les personnes et les groupes à interroger leurs références, leurs habitudes, leurs représentations.

Les animateurs professionnels ont une responsabilité sociale et politique Ils s’engagent consciemment dans un projet de société par le choix explicite des méthodes qu’il mettent en œuvre.
Ils sont capables de situer leur action dans les contextes et les dynamiques qui dépassent le seul cadre des structures où ils interviennent.
Ils inscrivent leur action dans les démarches de l’éducation populaire en s’adressant à tous les publics, et en agissant pour le développement et l’autonomie de ces publics.

La formation est permanente
Elle se poursuit après la validation d’un diplôme professionnel. Elle dure toute la vie professionnelle.

La formation contribue à la transformation des personnes
Elle dépasse la préparation technique d’un diplôme. Les choix de démarches effectués nécessitent une implication personnelle qui fait que chacun se voit autrement, se connaît mieux et se découvre de nouvelles capacités.
Les parcours complets de formation, et pas seulement les diplômes en tant que tels, sont des moyens de promotion individuelle et sociale des personnes.
La continuité de la formation et l’accompagnement dans cette continuité, sont des éléments importants dans ces dynamiques de transformation et donc de promotion.

La formation est un lieu de rencontre et de confrontation d’idées et de pratiques
Elle est un espace de laïcité où se vivent les différences par la tolérance qu’elle nécessite et par les interrogations individuelles et collectives qu’elle suscite.

La formation devrait être gratuite pour les participants Cette gratuité est à chercher à travers les financements publics et des financements issus des organismes collecteurs pour ce qui concerne la formation professionnelle continue.

Les formations conduites en partenariat nécessitent une forte cohérence entre les projets des partenaires Construire et conduire ces formations exige une clarification des objectifs communs, un accord sur les méthodes utilisées et sur leur cohérence, un suivi et une concertation durant l’ensemble de la formation.

Les Ceméa s’engagent sur...

L’attention à la qualité du cadre matériel des formations
Les choix des locaux et les aménagements qui y sont possibles doivent permettre l’existence d’un espace de travail à la taille du groupe complet, et doivent prévoir la possibilité de travailler en petits groupes ou individuellement.
Un espace de vie du groupe est prévu.
La mise à disposition d’un matériel adapté, en quantité et en qualité, aux contenus de formation, selon les moments de celle-ci : possibilités de reprographie, moyens d’affichage, matériel audiovisuel, informatique de bureau, documentation...).

La mise en œuvre de suivis personnalisés en lien avec des projets personnels de formation
Chaque participant construit un projet personnalisé et contractualisé à l’intérieur du dispositif global de formation, et en cohérence avec celui-ci.
Ces suivis portent sur l’ensemble du processus de formation : sessions au centre de formation, situations de terrain, travail personnel.

Une conception et une pratique de la formation en alternance
Un lien étroit et permanent est établi entre les différents acteurs de la formation (stagiaire, tuteur terrain, formateurs centre).
Les interactions qui existent entre les situations de terrain et les contenus de formation en centre sont recherchées et exploitées.

L’utilisation de méthodes d’éducation active
Une part importante de la formation en centre est appuyée sur des méthodes actives et impliquantes : échanges et confrontations de pratiques, d’expériences et de savoirs, études de cas, visites et enquêtes de terrain, rencontres avec des acteurs et des partenaires de l’animation, pratiques d’activités, démarches d’évaluation formative...
La recherche de démarches actives intègre l’intérêt d’apports magistraux, effectués par des formateurs ou par des intervenants qui situent alors leurs cadres de référence et qui prennent en compte les réactions des stagiaires.
Les démarches de formation laissent la plus grande place aux travaux individuels, collectifs et coopératifs.

L’aide au développement d’une identité professionnelle et d’un projet professionnel
Ces formations s’adressent à des personnes qui ont déjà une histoire ou un parcours dans l’animation, la vie sociale, l’engagement collectif. Elles doivent leur permettre de clarifier ou d’affiner leurs projets professionnels.
Une attention particulière est apportée aux responsabilités des professionnels dans la dynamisation du bénévolat et de la vie associative.

La cohérence des équipes pédagogiques
Un formateur est le référent permanent du groupe en formation durant l’ensemble du processus de formation.
Ce formateur anime et coordonne l’équipe pédagogique (intervenants et tuteurs). Il conduit une part significative des contenus de formation de façon à être identifié par les stagiaires autrement qu’en référent lointain. Il conduit les moments d’analyse de fonctionnement du groupe.

Les intervenants sont des formateurs permanents, des professionnels de terrain, notamment de l’animation, des élus, des responsables associatifs, des formateurs bénévoles militants des Ceméa, acteurs de terrain ou investis dans des groupes de recherche pédagogique. Leurs compétences et leurs apports diversifiés sont coordonnés par le formateur de référence du groupe.
Un ‘‘groupe de pilotage’’ existe pour chaque formation. Il réunit les tuteurs de stages et/ou les employeurs, le responsable de la formation, les délégués des stagiaires, les représentants des tutelles, les partenaires éventuels.

La valorisation du rôle du groupe de personnes en formation
Les démarches mises en œuvre font que le groupe lui-même est formateur de ses membres par les rencontres et les dynamiques qu’il permet. En ce sens, sa dynamique propre est un outil de formation avec lequel travaillent les formateurs.
La stabilité de ce groupe est recherchée, mais celui-ci n’est pas fixe pour intégrer la possibilité de parcours de formation diversifiés dans la cadre de la validation des acquis. Son effectif total est adapté aux conditions matérielles du cadre de la formation et au nombre de formateurs qui l’accompagnent en permanence.

Les Ceméa, une expérience, des pratiques, un travail en réseau

Cette charte s’appuie sur des dizaines d’années d’expérience : formations préparant au CAPASE, puis au DEFA, puis au BEATEP, au BAPAAT, au BEES Activités Physiques pour Tous, au DEDPAD.

Par année, nous organisons ou co-organisons environ 20 BAPAAT, 65 BEATEP, 25 cycles DEFA complets, 2 DEDPAD, 2 BEES-APT.

Certaines de ces formations, expérimentales, font l’objet de suivis particuliers par le Ministère de la Jeunesse et des Sports : formation d’animateurs de niveau 3 centrée sur l’animation de la vie associative, formation de niveau 2 portée par une association d’éducation populaire, formations de niveau 4 ‘‘mixtes’’ croisant l’animation et l’intervention socio-sportive, formations de médiateurs du livre, d’animateurs-guides pour la découverte de l’environnement...

Un réseau national des responsables régionaux des formations est identifié. Des rencontres trimestrielles les réunissent, un bulletin d’information circule entre eux.

Une semaine de travail regroupe chaque année les formateurs salariés. Elle porte sur des sujets pédagogiques et sur des approfondissements thématiques.

Une association nationale constituée de 29 associations régionales.

« Les Ceméa se revendiquent à la fois de l’éducation nouvelle et de l’éducation populaire. Ceci dépasse largement la seule mise en œuvre de techniques éducatives particulières, ou l’inscription dans un humanisme généreux.

Nous avons pour objectif de donner à chacune des personnes participant aux actions de formation que nous organisons les moyens d’être des citoyens actifs dans une société plus juste et plus égalitaire, et d’être des acteurs conscients dans les groupes et les collectivités humaines où elles sont inscrites.

Nous avons pour objectif de favoriser la possibilité pour toute personne de devenir sujet et acteur politique de l’évolution et de la transformation de son environnement, d’être capable de s’investir dans un projet démocratique de société et dans un mode de développement conciliant les dimensions humaines, sociales, économiques et environnementales du monde. »


28/09/2006
La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2018
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN