Lettre ouverte aux candidat-es à l’élection présidentielle février 2012
Lettre ouverte Pasde0deconduite candidat-es présidentielle 2012

Notre appel, s’élevant alors contre l’assimilation de la turbulence chez de jeunes enfants aux
prémisses de la délinquance, a recueilli 200 000 signatures, le collectif regroupe 50
organisations. Depuis et sans répit, nous sommes actifs sur le plan scientifique et politique :
quatre colloques de près de 1000 personnes, un manifeste et cinq ouvrages dont le dernier,
« La prévention prévenante en action », vient de paraître en janvier 2012, auxquels s’ajoutent
de multiples réunions publiques, actions auprès des médias...
Les résultats :
- Le gouvernement a retiré en 2006 de la loi de prévention de la délinquance les dispositions
prévoyant un dépistage précoce de troubles du comportement dès 3 ans.
- L’Inserm s’est engagé à modifier ses procédures pour les expertises dans le domaine
psychopathologique, en faisant appel à l’ensemble des disciplines concernées, dont les
sciences humaines, et en associant aux chercheurs les acteurs de terrain.
- Le Comité Consultatif National d’Ethique a validé notre démarche comme pertinente et
éthique par un avis de février 2007 qui rejette toute confusion entre prévention et prédiction,
alerte sur le recours excessif aux psychotropes chez les enfants et rappelle la nécessité du
secret médical.


Nous avons lu attentivement votre projet pour l’élection présidentielle et vous adressons cette
lettre ouverte pour obtenir des précisions concernant vos positions et engagements sur la
question suivante.
Quelles conditions et orientations préconiseriez-vous pour une politique de
prévention pour la petite enfance, lorsque les jeunes enfants sont confrontés aux
difficultés inhérentes à leur développement et à la condition enfantine, auxquelles
s’ajoute l’impact des problèmes que rencontrent les familles dans la société actuelle ?

1) Aujourd’hui les conditions d’accueil et d’accompagnement de la grossesse et de la naissance
se détériorent, la qualité des modes d’accueil de la petite enfance est attaquée, les réseaux
d’aide psychologique en école (RASED) sont démantelés, les centres médico-psychologiques
(CMP) et CMPP de plus en plus délabrés, la santé scolaire laissée en déshérence et le premier
degré toujours privé d’assistantes sociales, la protection maternelle et infantile (PMI) est en
grande difficulté dans de nombreux départements, les réseaux d’écoute, d’appui et de soutien
aux familles (REAAP) sont de plus en plus réquisitionnés pour évaluer et contrôler la
parentalité, les médiations artistiques et culturelles qui n’ont plus à prouver leur utilité ne sont
plus soutenues, et les subventions au tissu associatif intervenant en petite enfance sont
asséchées.
Quelle politique mettrez-vous en oeuvre pour relancer et développer les moyens, les
structures et les services qui contribuent à la prévention psychologique précoce,
politique dont la France pouvait s’enorgueillir jusqu’à ces dernières années ?

2) Les bébés et les jeunes enfants sont soumis à toujours plus de sur-stimulation en vue d’une
précocité de performances qui les déstabilise. Ils subissent dès la crèche des attentes de
conformité et de formatage comportemental, dès l’école maternelle des injonctions de rapidité
et d’efficacité performative dans leurs apprentissages cognitifs au détriment de l’expression
créative et des activités d’exploration qui sont aux fondements de la capacité, du désir et du
plaisir d’apprendre. Le tout sanctionné par des dépistages et des évaluations de plus en plus
précoces où sont confondus, sous l’égide de la médecine, des normes de comportement, des
difficultés de langage, etc., à l’aide de grilles standardisées dont la fiabilité scientifique est
sujette à caution. Les effets pathogènes de cette précipitation auxquels s’ajoutent les effets
anxiogènes de ces évaluations se transmettent en cascade, des enseignants sur les parents et
les enfants, des parents sur les enseignants, et viennent parasiter la relation des enfants à leur
entourage familial et social. La petite enfance est caractérisée par une porosité et une
réactivité très spécifique aux paroles et attentes des adultes, aux comparaisons avec les autres
enfants, et à l’environnement social. Se sentir mesuré inquiète les enfants, qui peuvent réagir
par de l’agitation ou de l’inhibition ou par une peur de décevoir et une insécurisation face à
ceux qui devraient les rassurer.
Quelles mesures prendrez-vous auprès des acteurs de la santé, de l’accueil, de
l’éducation, du social, pour rétablir des politiques qui préservent le temps de la
petite enfance d’une exigence performative incompatible avec cette période
spécifique de fondation première de la personnalité, et du lien aux autres et à la
collectivité ?

3) Depuis plusieurs années, les gouvernements successifs ou des élus, au lieu de s’en tenir à la
définition de grands cadres d’orientations, ont entendu imposer aux professionnels spécialistes
de leur domaine des pratiques, des techniques et des méthodes empiétant sur les champs
professionnels et scientifiques. Cela fut le cas hier au sujet du dépistage et de la prévention de
troubles du comportement, une autre fois sur les méthodes de lecture à propos des enfants en
difficultés d’apprentissage. C’est aujourd’hui le cas par la tentative de disqualifier tout soin
pédopsychiatrique et psychothérapeutique, se référant à la psychanalyse, aux côtés du soutien
éducatif et des aides sociales dans la prise en charge des enfants atteints d’autisme. A chaque
fois, les pouvoirs publics prennent caution d’experts choisis dans quelques-uns des champs de
compétence concernés par une question complexe, au détriment d’approches plus larges et
diversifiées qui permettent pourtant le dialogue et l’articulation de l’ensemble des disciplines et
la mise en lien des chercheurs et des praticiens de terrain. L’effet constaté est un
rétrécissement qui prive les enfants de la palette d’aide et de soins qui permettraient des choix
avisés et appropriés.
Entendez-vous rompre avec cette forme de « gouvernance » et promouvoir le cadre
d’une co-construction féconde de l’ensemble des savoirs scientifiques et pratiques,
au service d’une approche intégrative des politiques de prévention et de soins pour
la petite enfance ?

4) De façon réitérée, les pouvoirs publics assimilent abusivement la turbulence bruyante de
certains tout-petits aux prémisses de la délinquance et rabattent la prévention sur des outils
de dépistage prédictif nocif, dont les effets de prophétie auto-réalisatrice sont bien connus des
pédagogues et des psychologues. Ce faisant, ils génèrent une confusion des rôles entre les
services d’enseignement, d’aide et de soins, et les prérogatives de la police et de la justice.
Cela agit comme un rapt des bébés et du soutien à la parentalité par les politiques de lutte
contre la délinquance. Un tel mélange des genres entre soins psychiques, soutien éducatif et
relation d’aide d’une part, et prévention de la délinquance d’autre part, conduit à une rupture
de confiance des familles envers les institutions de santé, du social, d’accueil et d’éducation. Le
risque étant que celles qui en ont le plus besoin s’en détournent, ce d’autant plus que le secret
professionnel a été affaibli dans le cadre de la loi de prévention de la délinquance du 5 mars
2007.
Si vous êtes élu(e), comment entendez-vous agir pour favoriser de véritables actions
de prévention d’approche « prévenante » auprès des enfants et des familles,
reconnaissant la singularité, la variabilité et la liberté du développement de chaque
enfant et des processus de parentalité, hors de toutes dérives sécuritaires et
prédictives. Et comment entendez-vous garantir aux familles une protection
rigoureuse de leur vie privée ? A cet effet abrogerez-vous, entre autres, les
dispositions de la loi sur la prévention de la délinquance (article 8), qui portent
atteinte au secret professionnel dans le domaine de l’accompagnement social et de la
santé ?

En conclusion, nous vous demandons plus généralement de nous préciser
comment vous comptez vous engager pour une politique digne des enjeux de
la petite enfance qui intègre les conditions et les qualités d’une prévention
« prévenante », énoncées dans la postface de l’ouvrage « La prévention
prévenante en action » et dans notre manifeste, que nous vous avons le plaisir
de vous adresser et de soumettre à votre lecture.

Les Ceméa signataires des collectifs "pas de bébés à la consigne" et "pas de 0 de conduite" vous invitent le mardi 20 mars à 18h30 ( Bourse du travail, salle Hénaff 29, boulevard du Temple Mo République ) au débat avec les candidat-Es à la Présidentielle téléchargez l’affiche et faites le savoir


08/03/2012




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles