L’autisme : approches simplistes ou pensée complexe ?, FRANÇOIS CHOBEAUX (Editorial du VST 114)

Il aura suffit d’un rapport de la Haute Autorité de Santé sur l’autisme
pour qu’un bon vieux débat bien dogmatique apparaisse et clive toutes
les positions, les analyses et les pratiques. Les choix binaires, c’est si simple !
Il faut dire que la HAS y est allé fort. Une évaluation implicitement centrée
sur l’éducatif, un amalgame où l’objet fâchant, « la psychanalyse »,
n’est même pas abordé dans ses complexités, une méthode de lecture
de la littérature existante qui ne prend en compte que le mode d’exposition
dit scientifique, et on trouve évidemment à la sortie ce qui avait
été mis à l’entrée. Certains appellent cela une démarche scientifique.
Revoici donc de solides oppositions frontales où chacun campe sur ses
positions : approche éducative contre approche psycho-clinique,
familles contre soignants, neurosciences contre inconscient. La guerre
des tranchées est de retour, les projectiles d’hier sont devenus pétitions,
appels au ministre, projet de loi, plaintes, appel au boycott, manifestes…
Tout cela, évidemment, sans aller plus loin dans ce qui pourrait complexifier,
voire, horreur, relativiser les points de vue. Allons-y pour réduire
les neurosciences à Pavlov et à l’approche comportementaliste radicale
des méthodes ABA et TEACH, en ignorant alors les réflexions et les approches
cognitivistes et développementales. Allons-y pour une présentation horrifiante
de la psychanalyse, cause de tous les maux familiaux et incapable
de soigner. À l’inverse, allons-y pour rattacher à la seule psychanalyse
les acquis de l’anthropologie, de la philosophie des Lumières… Au passage,
saluons la finesse de lecture des experts de la HAS qui parviennent
à unifier « la psychanalyse » en un champ homogène, cohérent, et à
en faire une pratique (laquelle, d’ailleurs ? ) qui ferait sens pour tous ses
tenants, appuyée sur un corpus théorique unique et définitif. Des experts,
vous dis-je. L’autisme lui-même ne sort pas grandi de ce mauvais débat,
réduit à des « troubles envahissants observables », en oubliant que depuis
Kanner et Asperger il apparaît évident qu’il y a des formes d’autisme
très diverses, peut-être autant que de personnes concernées.
Faut-il alors reproduire et renforcer les tensions que les extrêmes des deux
parties développent avec efficacité, opposition totale à l’éducatif et aux tentatives de création de liens par l’activité versus refus radical de la dimension
psychodynamique, chacun dans la recherche d’une idéale vérité ?
Belle guerre des religions !
Et si tout ce remue-ménage était le résultat de nos impuissances, de nos
incapacités à reconnaître que nous n’y comprenons pas grand-chose et
qu’il faut alors tâtonner, chercher, en croisant les savoirs et les
approches ?
Il y a heureusement des équipes qui tentent de lier les deux approches,
éducative et psychodynamique, il y a même des équipes qui tentent d’articuler
neurosciences et psychanalyse, en se posant à chaque fois, pour
chaque personne, la question de son intérêt, de ses possibilités, de ses
angoisses aussi, en cherchant à chaque fois que faire au mieux avec et
pour celui-là qui est là, pas comme avec un autre, pas comme avec tous
les autres. Lui et juste lui. Et ceci sans oublier ses parents et leurs souffrances,
leurs besoins, leurs inquiétudes de l’avenir.
En 2009, le dossier « Cheminer avec les autistes » de VST n° 102, dirigé
par Michael Guyader, montrait toute la richesse et tout le respect dont
des équipes étaient capables tant dans l’accueil, l’accompagnement, que
dans la clinique. Nous ouvrions aussi nos pages à Pierre Delion qui s’exprimait
sur le packing.
L’éditorial de VST n° 113 disait en septembre 2011 tout le bien que nous
pensions déjà de la démarche suivie par la HAS, à la lecture du prérapport
diffusé en début d’été 2011.
Ce numéro 114 propose aux lecteurs de rejoindre les signataires du
« Manifeste pour une pratique humaniste auprès des sujets dits
autistes et de leurs familles ». Cette notion de « pratique humaniste »
nous paraît essentielle. Elle n’appartient pas à telle ou telle « école » ;
elle est dépendante de chaque acte clinique construit au plus près de
l’individu, cet « autre vulnérable » en difficulté et en souffrance.
Le numéro 115 présentera la conduite d’un packing avec un jeune
homme, conduite centrée sur la relation, le respect, le choix permanent
de la personne. Et nous publierons dans les numéros suivants des comptes rendus
de pratiques d’équipes qui ne font référence ni à la psychanalyse
ni à la psychothérapie institutionnelle, tout en développant des
cliniques éducatives construites dans le respect de tous.
Et tant pis pour les hérauts des si belles batailles en cours.

FRANÇOIS CHOBEAUX


21/05/2012




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles