Demain,quelle politique sociale de solidarité ? Jacques Ladsous - VST N°114 "L’avenir des addictions""

C’est le titre que nous avons donné à ce
séminaire commencé en septembre 2009 et
qui vient tout juste de se terminer. Nous, les
initiateurs, c’est-à-dire le MP4 (Mouvement
pour une parole politique des professionnels
du social) le MIHL (Mouvement interdisciplinaire
pour un humanisme laïc) et le CEDIAS
(Centre d’étude, de documentation et d’information
sur l’action sociale). Et cette
question, nous avons essayé de la partager
avec tous ceux qui nous ont rejoints, en
grande majorité professionnels du social à
quelque niveau qu’ils soient situés : professionnels
de base, cadres, administrateurs
de l’État, magistrats, chercheurs,
enseignants, médecins, élus territoriaux…
environ quatre-vingts personnes (dont
soixante-dix fidélisées) soucieuses de prévoir
l’avenir dans cette période sombre où les
acquis sociaux que l’on croyait pérennes
n’ont cessé de régresser.
Nous avons d’abord voulu comprendre de
quelle manière se construisaient les politiques
sociales : dans l’opinion publique, à travers
les gouvernements que nous nous donnons,
les lois votées par nos représentants : députés
et sénateurs, les administrateurs qui en
conçoivent la mise en œuvre. Dans une véritable
démocratie, l’expression des besoins
conduit à des propositions qui s’organisent
à tous les niveaux de responsabilité, du territoire
communal à l’État régulateur, garant
des vertus constitutionnelles – qui sont la liberté, l’égalité, la fraternité, la laïcité –, et
avec le concours de la société civile, faite des
nombreux groupements et associations
naissant à l’orée des besoins, et qui s’engagent
dans un partenariat avec les pouvoirs
publics pour faire face aux situations, les faire
vivre et évoluer – ce qu’on appelle le développement.
Le développement social est-il
partie prenante du développement économique
 ? En est-il le parent pauvre, utile
certes, mais dont il ne faut pas privilégier l’importance
 ? Dans la société dans laquelle nous
vivons aujourd’hui, où la réparation individuelle
l’emporte sur les actions collectives,
les intéressés s’en remettent plus facilement
au développement économique, source de
profit, qu’au développement social, considéré
seulement sous l’angle du coût.
Nous avons alors regardé du côté des
acteurs : décideurs, professionnels, usagers,
militants associatifs… pour analyser leurs
rôles dans l’invention de ces politiques
sociales, trop souvent réduites à la mise en
oeuvre des actions, plus qu’à leur invention.
Devant ce constat, nous avons fait des propositions
pour une société de semblables où
les droits de chacun peuvent se faire valoir
et respecter. Où la justice permette de
prendre en compte des situations, avant
d’être un répertoire de peines et de sanctions.
Où la santé puisse être cultivée, quel
que soit le niveau de vie. Où l’éducation soit
le lieu où s’apprennent et se vivent les solidarités, la rencontre, et ceci tout au long
de la vie, valorisant les compétences de
chacun : éducation scolaire, professionnelle,
populaire. Où les cultures d’origine ne
soient pas ignorées, mais se rejoignent pour
construire la culture propre à notre époque.
Et puisque tout cela a un coût (et non un
surcoût comme on voudrait nous le faire
croire parfois), faisons en sorte que les
sommes nécessaires soient bien employées,
en quantité suffisante, et dans le partage
des responsabilités.
Utopie, tout cela ? Certes non, mais une
volonté politique, une mobilisation des
acteurs, un changement de perspective, bref
une révolution intérieure où les mots n’entretiennent
pas les illusions, mais se prolongent en actes. Si nous en avons la
conviction, nous en trouverons les moyens.

JACQUES LADSOUS

PS : Plutôt qu’un livre général, les conclusions
du séminaire feront l’objet de livrets
de 4 pages sur chacun des thèmes abordés :
justice, éducation, santé, logement, minima
sociaux, etc…et pouvant être distribués
séparément aux personnes intéressées, ou
réunis selon les cas et les besoins. Ne manquons
pas non plus le DVD qui a été tourné
tout au long de ce travail, et qui montre
combien, quoi qu’en pensent certains, la
participation et le débat ont été actifs.


13/06/2012




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN