Et si on inventait le volontariat de l’animation ?
Fabrice Deboeuf, pour les Cahiers de l’Animation

Relire les Cahiers de l’animation depuis 20 ans c’est aussi se replonger dans les questions et les problématiques qui traversent
le secteur de l’animation. Le combat pour la mise en place d’un véritable statut du volontariat pour l’animation revient comme
une constante dans ce paysage.


Voir le Sommaire et commander le cahier de l’Animation n°81

En cette fin d’année 2012, nous en sommes
toujours au même point. Les animateurs qui encadrent
occasionnellement les ACM durant leur temps de
vacances ou de loisirs n’ont toujours pas de statut
satisfaisant qui reconnaisse cet engagement.
Le CEE, contrat de travail, rattaché au code du Travail
mais dérogatoire à certains points dont le temps de
travail, le repos quotidien et la rémunération… reste en
vigueur. Malgré un bilan très négatif sur la mise en
place des nouvelles dispositions sur le repos
compensateur, rien ne bouge.

 QUELLE RECONNAISSANCE ?

Dans ce numéro nous fêtons les 20 ans de la revue.
Nous pouvons également fêter 20 ans de combat pour
une reconnaissance de l’engagement des animateurs
volontaires à travers la revendication pour un statut du
volontariat dans l’animation.

Ainsi, dans le numéro 7 de juillet 1994, nous écrivions :
« Ni salarié à part entière, ni bénévole ».
Dans le numéro 31 de juillet 2000 nous écrivions :
« C’est pourquoi les Ceméa se battent, avec d’autres
partenaires, pour que soit reconnu un statut du
volontariat dans les CVL »
Dans le numéro 55 de juillet 2006, nous titrions notre
article sur la création du CEE « une belle idée dévoyée ».

  LE VOLONTARIAT, UNE TROISIÈME VOIE AVEC LE BÉNÉVOLAT ET LE SALARIAT

Le bénévolat est une activité qui demande aux personnes
d’être intégrées dans la société (c’est-à-dire de pouvoir
subvenir déjà à leurs besoins en étant salarié où retraité)
et il relève toujours, quelle que soit son appellation, du
caritatif, ou du soin et de la réparation.
Tout le monde sait que l’économie générale des ACM ne
permet pas un véritable salariat.

Par ailleurs, la question n’est pas qu’économique, elle est
aussi politique car la philosophie des ACM ne repose pas sur
la salarisation ou la professionnalisation de tous les
animateurs et directeurs.

La richesse de cette activité repose sur la rencontre
et l’échange entre des animateurs professionnels et
des animateurs volontaires. Entre ceux dont c’est le métier
et ceux qui apportent leurs énergies, envies et projets.
C’est un leurre de penser qu’il y aurait une niche d’emploi
dans l’encadrement des ACM uniquement sur les vacances
scolaires.

 PRÉCISER LE CADRE DU VOLONTARIAT

Il reste donc une voie possible, le volontariat de l’animation.
Voie qui reconnaîtrait une double dimension.
Celle de l’engagement citoyen des animateurs tant appelé
par la société.
Celle d’une reconnaissance des ACM comme espace
éducatif spécifique et d’intérêt général.

Un volontariat qui reconnaisse l’engagement de
ces jeunes à sa hauteur, par une indemnité décente ;
pas 20 € par jour ! Le montant de cette indemnité
est une revendication légitime des animateurs.
Un volontariat qui permette à cette jeunesse de
s’engager sans avoir à financer la formation inhérente
à l’animation.
Un volontariat qui assure une réelle protection sociale
en cas d’accident pendant cet engagement.
Un volontariat qui soit comptabilisé pour les droits à
la retraite comme le fut le Service national en son
temps.
Un volontariat limité dans l’année pour ne pas se
confondre avec le salariat des animateurs
professionnels, dans une limite de 60 jours par an.
Un volontariat réservé aux structures non lucratives de
l’économie sociale et solidaire, car il n’est pas
concevable que des jeunes s’engagent et s’investissent
pour le profit des actionnaires d’une société,
ou l’enrichissement personnel de responsables
de structures marchandes.
Un volontariat qui doit pouvoir s’appliquer sur tous les
séjours de vacances et accueils de loisirs. Parce qu’on
peut toujours poursuivre cette utopie de lier loisirs et
vacances.

LE VOLONTARIAT DANS L’ANIMATION
UN ESPACE D’ENGAGEMENT À RECONNAÎTRE

Ce volontariat ne serait que le juste retour d’une société
envers ses jeunes qui s’engagent auprès d’enfants et de
plus jeunes pour leur faire passer des vacances éducatives.
Notre société doit reconnaître et valoriser ces 300 000
jeunes qui permettent à plus de 6 millions d’autres jeunes
de passer des vacances et ou des loisirs éducatifs de qualité
et sécurisés. Nous pensons de même que ce volontariat
permettra à un nombre encore plus important de jeunes de
s’engager et de prendre des responsabilités dans les ACM,
et qu’il soutiendra la revendication plus large d’un départ
en vacances et d’un accès aux loisirs du plus grand
nombre.

|Egalement,

Lire l’Edito de Jean Luc Cazaillon, Directeur Général des Ceméa pour le VEN n°544 "Le volontariat, un enjeu de société"

2011 Année européenne du volontariat : Les Ceméa engagés pour la reconnaissance d’un statut du volontariat dans l’animation


15/01/2013




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles