Au revoir !
JACQUES LADSOUS

Lire le sommaire et commander le n° 127

Voilà de nombreuses années que, sur la
demande de Serge Vallon, et avec l’accord
du comité de rédaction, je tiens dans notre
revue un bloc-notes. Comme il me l’était
demandé, en liaison avec l’actualité, je faisais
quelques réflexions, quelques commentaires,
que les uns et les autres vous
trouviez porteurs d’idées, comme en
témoigne votre correspondance.
Encore faut-il que je puisse rester branché
sur l’actualité, ce que ma santé ne me permet
plus, bien que je sois encore souvent
invité par-ci par-là à des manifestations, ou
à des colloques. Être invité est une chose,
et j’apprécie à sa juste valeur le clin d’oeil
qui m’est fait. Participer est autre chose, et
ma santé m’a amené à devoir annuler bien
souvent ma présence. Alors, comment
rendre compte d’un événement dont on
n’est plus partie prenante. Je dois donc sagement
renoncer à cette rubrique pour laisser
à d’autres, plus valides, le soin de
prendre la relève. Ce sera ainsi mon dernier
bloc-notes.

Mais avant de vous dire « au revoir », je
voudrais aujourd’hui faire résonance à
deux événements. Le premier, dont déjà
beaucoup ont parlé, c’est l’assassinat
d’un collègue éducateur par un usager, le
père d’un jeune pris en charge. Je ne
connais pas bien les circonstances de ces
faits, mais je ne peux m’empêcher de penser
à d’autres événements, que j’ai bien
connus, et dont j’impute sans détour la
responsabilité à la réglementation administrative
qui brime nos initiatives, et
nous oblige à des postures institutionnelles
qui font obstacle à une relation vraie. Face
à une situation, un éducateur doit avoir
l’initiative de ses actes. Rencontrer les personnes
dans les lieux et aux moments qui
leur sont opportuns. Il accomplit une
mission ; il n’exécute pas une fonction,
selon les ordres d’en haut. Or, il me
revient trop souvent des situations où les
collègues se plaignent de ne pas avoir eu
cette liberté de la stratégie qui facilite les
rapports, et se font blâmer, voire sont l’objet
d’un avertissement pour avoir outrepassé
les cadres institutionnels fixés !
Il m’avait semblé que, dans le rapport que
le Conseil supérieur du travail social a eu à
faire sur la violence, nous avions dénoncé
cette violence administrative qui ne peut
provoquer que des retours de violence. Sous
prétexte de nous protéger, on nous rend
ainsi vulnérables.

Le deuxième événement, c’est cette Légion
d’honneur que je viens de remettre à la présidente
de l’association « Décider » de
Grigny, au nom de tous ses collaborateurs,
pour le travail en profondeur qu’elle accomplit
depuis de longues années dans cette cité
dont beaucoup ont parlé avec horreur
(dans Match et autres magazines, sans
compter les sombres images télé). Au
refrain « cette cité est un enfer », l’association
a répondu par « Rien n’est trop beau
pour notre cité » et a rétabli un certain
nombre d’habitants (jeunes ou moins
jeunes) dans une estime d’eux-mêmes et
une espérance pour leur collectif.

J’ai suivi ce travail de près. On ne peut pas
toujours recréer les conditions économiques
d’une vie aisée. On peut toujours
aider les uns et les autres à aller à la découverte
du beau.
Du beau artistique.
Du beau théâtral.
Du beau musical.
Du beau fraternel, etc.
Merci à nos gouvernants d’avoir su discerner
par cette distinction la qualité de ce travail
que chacun peut toujours réaliser,
quand il conserve l’espérance.
C’est cette espérance que je voudrais vous
laisser. Je n’ai jamais cessé de l’entretenir.
À vous de la protéger.

Bon courage !

JACQUES LADSOUS

Ce bloc-notes, libre parole d’un militant des CEMÉA acteur et porteur de l’histoire du
travail social, nous manquera.

VST remercie Jacques pour sa collaboration, qui ne peut pas s’arrêter là. Nous lui avons
dit que les pages de la revue lui sont toujours ouvertes car il a encore à nous apporter.

FRANÇOIS CHOBEAUX

Rédacteur en chef de VST.

Lire le sommaire et commander le n° 127


20/07/2015




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN