06/01/2016
Pour une société respectueuse de l’enfant - Solidarité Laïque aux côtés des enfants pour défendre leurs droits


Alors que la France va présenter son rapport sur l’application de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant à l’ONU les 13 et 14 janvier prochains, entretien exclusif avec la Défenseur des droits, Geneviève Avenard.

Sommaire Pour une société respectueuse de l’enfant 6 janvier 2016

En France, il y a encore beaucoup de chemin à faire pour faire appliquer la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE). Quels sont les chantiers prioritaires ?

Geneviève Avenard : Parmi les chantiers prioritaires, il y a le développement de la connaissance de la CIDE par l’ensemble des professionnels en lien avec des enfants, en l’inscrivant dans les formations initiales et continues. Il est nécessaire aussi de conduire des études d’impact sur les droits des enfants pour l’ensemble des projets et propositions de loi déposés au Parlement. Enfin, la lutte contre toute forme de violence faite aux enfants et le développement des actions visant à rendre effectif le droit à l’éducation nous semblent eux aussi essentiels.

De quelle manière la société civile est-elle partie prenante de ce travail pour améliorer la situation des droits de l’enfant ? Comment évaluez-vous le travail que vous conduisez depuis plusieurs mois avec Solidarité Laïque sur cette question ?

G.A. Le dialogue entre les pouvoirs publics et la société civile est indispensable. C’est en ce sens que notre institution travaille activement dans le cadre des comités d’entente ou des groupes de travail qu’elle met en place et auxquels participent activement les associations. De ce point de vue, le travail conduit avec Solidarité Laïque est un atout précieux pour la pertinence de nos constats et de nos recommandations.

Au travers d’animations ou de conférences, Solidarité Laïque est également très engagée pour promouvoir la CIDE auprès des enfants et des jeunes. J’ai ainsi eu la chance de participer à plusieurs de ces conférences. Ce travail de terrain est essentiel pour que la CIDE se décline dans le quotidien de chacun.

Par ailleurs, je salue le travail qui est réalisé dans le cadre du collectif AEDE – Agir Ensemble pour les Droits de l’Enfant, co-piloté par Solidarité Laïque et DEI-France. Nous avons préparé ensemble et en lien avec l’institution du Contrôleur Général des Lieux de Privation de liberté la pré-session des ONG à Genève en juin dernier où chacun d’entre nous a présenté ses rapports et ses principales préoccupations et préconisations. Nous serons également ensemble à Genève les 13 et 14 janvier prochain au moment de l’audition du gouvernement français.

Solidarité Laïque privilégie dans son approche la sensibilisation des enfants à leurs droits et la participation des enfants. Comment ces actions contribuent-elles à une meilleure application de la CIDE en France ?

G.A. Un des principes fondamentaux de la CIDE est d’impliquer les enfants dans les décisions qui les concernent et de leur permettre d’être acteurs de leur propre vie. La sensibilisation des enfants à leurs droits est une de nos priorités : ainsi nous avons rencontré plus de 32. 000 enfants en 2014/2015. Je suis également très attentive aux actions visant la participation des enfants portées par les associations sur le territoire national et sensible à la qualité de celles initiées par Solidarité Laïque qui mettent en résonance les droits de l’enfant avec des sujets d’actualité comme le réchauffement climatique.

A l’international, la défense des droits de l’enfant est aussi au cœur de nos actions. Pensez-vous que s’il y avait un défenseur des droits dans chaque pays, la cause avancerait plus vite ?

G.A. C’est en effet notre avis et nous y travaillons au sein de nos différents réseaux. Le Défenseur des droits travaille particulièrement sur la question des droits de l’enfant avec l’Association des Ombudsmans et Médiateurs de la Francophonie (AOMF) qui regroupe une cinquantaine de pays francophones. J’assume en son sein depuis l’an dernier la présidence du comité des droits des enfants constitué d’une quinzaine de membres.

Sommaire Solidarité Laïque aux côtés des enfants pour défendre leurs droits

Depuis près de dix ans, Solidarité Laïque développe en France des actions de sensibilisation et de plaidoyer sur les droits de l’enfant. A l’occasion des 26 ans de la Convention internationale des droits de l’enfant, Florine Pruchon, chargée de mission à Solidarité Laïque, revient sur les enjeux.

Pourquoi Solidarité Laïque s’est-elle engagée sur les droits de l’enfant en France ?

Florine Pruchon : L’association est mobilisée depuis longtemps à travers ses programmes internationaux sur le droit de l’enfant, notamment en Europe de l’Est. Mais notre solidarité doit aussi s’exprimer en France car la situation est urgente : 3 millions d’enfants pauvres, 600000 enfants en situation de mal logement, 1 enfant sur 4 qui ne part pas en vacances, des mineurs étrangers isolés et des enfants vulnérables dont les droits sont bafoués… Les politiques relatives à l’enfance sont éclatées entre différents Ministères. Il est urgent de faire avancer cette cause !

Cela suppose-t-il que les enfants aient mieux conscience de leurs droits ? Quelles actions mettez-vous en œuvre dans ce sens ?

FP : Oui, pour que leurs droits soient mieux respectés, il faut qu’ils en aient connaissance. C’est pourquoi nous proposons aux éducateurs des animations et des formations. Nous avons créé plusieurs outils pédagogiques et un module de formation pour qu’ils puissent, de la maternelle à la terminale, sensibiliser leurs jeunes publics. Organisations de débats mouvants, d’ateliers-philo – dès la maternelle-, activités participatives, lectures de contes, films… Ces outils sont adaptables et nous nous déplaçons régulièrement pour monter au mieux le projet pédagogique avec les enseignants. Nous disposons aussi d’outils pédagogiques produits dans le cadre de la Rentrée Solidaire – un cahier, un crayon qui soutiennent la réflexion. Et nous nous déplaçons nous-mêmes dans les classes ou les centres éducatifs, pour animer ces temps avec les enfants ou les jeunes. Enfin, pour le grand public ou des publics militants de notre réseau, nous proposons des conférences sur la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE).

Un de vos fers de lance est la question de la participation des enfants aux politiques qui les concernent. Pourquoi et comment mettez-vous cela en application ?

FP : Parce que c’est un des principes directeurs de la CIDE signée voilà 26 ans maintenant. L’enfant doit être consulté sur toutes les politiques qui le concernent. On ne peut continuer à parler sur les enfants, il faut parler avec eux et les entendre ! Nos ateliers sont interactifs et s’organisent autour de la parole des enfants. C’est primordiale pour qu’ils nous fassent part de leurs propositions que nous relaierons ensuite dans notre plaidoyer. Nous préparons ainsi un recueil de leurs recommandations sur le climat qui s’appuie sur plus de 500 contributions glanées au fil des animations ou remontées par les éducateurs. Il sera bientôt disponible.

Les pouvoirs publics ont aussi un rôle à jouer. Comment travaillez-vous avec eux ?

FP : Nous sommes très attachés à cette collaboration car rien ne bougera s’ils ne sont pas impliqués. Ainsi, nous avons accepté de devenir membres du comité d’entente de la protection de l’enfance en 2014. Avec DEI France, nous avons aussi fédéré voilà 2 ans une cinquantaine d’organisations actives dans tous les domaines de l’enfance pour déposer à l’ONU un rapport alternatif sur la situation des droits de l’enfant en France entre 2009 et 2015. Ce collectif, baptisé AEDE (Agir ensemble pour les droits de l’enfant), est devenu un interlocuteur reconnu des ministères et du Défenseur des droits : un référent Enfants a par exemple été nommé dans chaque ministère, et on constate que la nécessité de favoriser l’expression des enfants est de plus en plus à l’ordre du jour. Ainsi, prochainement, 40 enfants venus de toute la France viendront présenter au gouvernement leurs propositions en faveur d’un meilleur respect de leurs droits.

Le lien avec l’actualité pour aider les enfants à mieux participer au monde qui les entoure ou à mieux le comprendre est aussi une caractéristique de votre action

FP : oui, c’est par exemple le cas avec l’outil « Agir pour le climat, c’est respecter mes droits ». Nous tenons aussi à la disposition des éducateurs des ressources pour comprendre les migrations, pour lutter contre les discriminations et le racisme, ou encore pour promouvoir la solidarité internationale. Certains de ces outils sont téléchargeables en bas de cette page.

Vous êtes intéressés par nos animations, nos formations, nos outils ? Contactez-nous !

A Télécharger :

Sommaire Restons solidaire pour bâtir la paix

Solidarité Laïque tient, au nom de ses organisations membres et de ses adhérents, à exprimer sa profonde compassion et sa solidarité envers les familles des victimes des attentats perpétrés à Paris.

Ces actes odieux n’ont pour but que de dresser les Français les uns contre les autres et provoquer des réactions de repli identitaire et de violence envers certaines parties de la population.

Il faut, malgré tout, garder raison et ne pas tomber dans le piège de la haine qui ne ferait qu’aggraver la situation.

Les auteurs de ces attentats sont des adversaires de la Démocratie et sont porteurs d’une démarche totalitaire qui veut atteindre les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Solidarité Laïque, avec ses organisations membres et ses adhérents, appelle à l’unité de la communauté nationale dans toutes ses composantes à faire preuve de courage, de dignité pour renforcer la nécessaire cohésion que les circonstances appellent.

A l’initiative du Président de la République, le gouvernement, vient d’annoncer des mesures de sécurité d’urgence au plan national. Il faut également qu’il amplifie son action au plan international pour promouvoir les mesures qui permettront de bâtir un monde de paix.

Dominique Thys, Président de Solidarité Laïque, 16 Novembre 2015




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 11 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
[()] [()] [()] [()]
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles