Nouvelles N° 1 du Groupe National Jeux, Vie Physique et Sports
C’est avec ce titre (provisoire) que nous vous présentons, après une longue parenthèse, des nouvelles de notre groupe JVPS. Elles deviendront régulières, comme c’était le cas jusqu’à 2006. Au fil du temps et en fonction de vos réactions, suggestions et commentaires nous peaufinerons plusieurs aspects, autant sur la forme que sur le fond : sa périodicité, son contenu, son format. Et pourquoi ne pas lui trouver un titre sympathique, actuel et original ?

Pour ce premier numéro, l’information la plus importante est le compte rendu de notre premier regroupement-stage, après la parenthèse déjà évoque plus haut. Toutefois, et compte tenu des particularités de ce premier numéro, il nous a paru intéressant, tout d’abord, de nous présenter.

Qui sommes nous et que signifie-t-il JVPS ?
Certains des paragraphes qui suivent peuvent paraître superflus pour les « vieux militants » mais ils sont le fruit d’observations et constats faits ces derniers temps. Le plus pertinent est celui d’un renouveau, à la suite du congrès d’Aix en Provence et accentué encore à Grenoble, de la notion « d’activité » et sa composante opérationnelle pour notre mouvement, avec une renaissance ou un rajeunissement des groupes de réflexion et d’action [1] . Dans le cas qui nous concerne directement, celui de l’activité corporelle ; physique ou sportive, depuis plus d’un an que nous avions l’intention de le relancer. Toutefois, c’est à la fin du mois d’août dernier et au gré des diverses rencontres pendant le Congrès que les conditions ont été propices et nous en sommes ravis !

En effet, nous étions nombreux à remarquer, avec joie et satisfaction, qu’il y avait une « relève générationnelle » Ce constat est une aubaine pour la vie de notre mouvement car il est toujours accompagné d’un grand élan d’enthousiasme, mais en contrepartie, (comme dans toute institution) la transmission de ce que nous défendons : la filiation, n’est pas toujours claire ou visible. Parmi les besoins repérés il y a aussi celui de travailler sur la mémoire de notre mouvement car les groupes, activités ou instances qui avaient comme mission de continuer et alimenter cette filiation étaient en « veilleuse » ou, pour des raisons diverses, avaient perdu leurs forces. C’est ainsi que notre groupe JVPS n’échappe pas à cette logique.

Commençons même par le titre du groupe ! Pour certains il peut paraître un peu « vieilli » actuellement : Jeux Vie Physique Sports. Pourtant, à l’époque, celui –ci était bien éloquent sur les intentions de ses membres. Aux termes, jeu – sport, ils avaient ajouté « vie physique ». De quoi s’agissait-il ? Nous pourrions l’appeler « polysémique » car, à l’époque, il signifiait plusieurs choses à la fois, mais toutes avaient un point commun : l’unité de la personne, elle même faisant partie d’un milieu, et cet ensemble déterminait la place qu’on accorde au corps [2]. Ce regard n’est jamais neutre et dit long sur les rapports entre la place accordée au corps et les constats sociétales avec leur corollaire de pressions de type commercial, « normatif » ou sous des stéréotypes divers ; qu’il serait long d’énumérer ici. Cette analyse est aussi valide pour les deux autres termes : le jeu et le sport. C’est la raison pour laquelle, et même plus que jamais, nos prises de position sur ce champ d’activités sont importantes.

Mais, au fil des années et avec les mutations logiques de la vie de toute institution, en parallèle avec l’histoire de notre mouvement, surtout après la décentralisation et la postérieure disparition des « permanents » responsables nationaux d’activités, ce groupe avait perdu une partie de sa visibilité. C’est ainsi que dans certaines AT il s’appelait groupe « jeux », dans d’autres, groupe « sports » ou il était associé à une activité sportive très développée dans l’AT concernée. En tout cas, il n’y avait pas une réflexion globale ni une réponse aux nombreuses demandes de conseil, de pilotage, ou de préparation de contenus [3] selon les formations. Ce constat est valable autant pour les différentes formations qui relèvent de l’Animation Volontaire ou celles de la Formation Professionnelle, le secteur du Travail Social ou celui de la Santé Mentale. Ceci est un vrai paradoxe car, par exemple, dans le vaste secteur de la formation professionnelle (BAPAAT, BPJEPS, DEJEPS, DESJEPS, BAPAAPT…) nous sommes plus sollicités que jamais et cela demande notre positionnement, non seulement sur le jeu, ou les activités physiques, sportives, mais récemment sur la pléiade de pratiques en lien avec le « bien être » Et, pourtant, à une époque ce questionnement existait déjà en JVPS comme le démontre la fructueuse relation avec Gerda Alexander et le mouvement de l’Eutonie !

Notre mission

Elle est à plusieurs niveaux. Il s’agit, tout d’abord, de donner des outils aux formateurs afin d’éviter la perte de « mémoire » qui arrive dans toute institution quand il n’y a pas une transmission structurée. Cela entraîne, dans certains cas, la mise en place d’actions qui l’éloignent des principes qui sont, précisément, sa raison d’être. Dans d’autres cas il s’agit d’une perte énorme d’énergies afin de « découvrir » des choses qui ont été bien éclaircies depuis longtemps ! De plus, il y a un point essentiel qui donne sens à nous actions et formations : nos prises de position doivent être visibles et lisibles ! Dès le départ, ces prises de position de notre mouvement avaient des fondements philosophiques ou idéologiques sous-jacents, qu’il s’avère nécessaire de sauvegarder surtout à cette époque de « flou », caractérisée par le manque de repères et un tour de force de l’obscurantisme. Il s’agit surtout de faire un « état des lieux », d’expliciter les attentes, d’évaluer les « forces » réelles, et sur la base de ces constats de progressivement mettre en place les orientations du choisies. Ensuite, les différentes pratiques et supports, l’agir, l’activité, ont une place importante et sont même la base pour des travaux de réflexion, de mutualisation d’expériences. En synthèse, notre champ d’action tente de répondre à cette demande de formation des formateurs pour les différentes formations et publics afin de transmettre, de prolonger le travail et « d’irriguer » en permanence le mouvement. Car, il ne faut pas oublier que nous sommes aussi un mouvement en relation étroite avec les différents acteurs qui sont à l’intersection entre l’éducatif, le social et la culture. Plus que jamais la clarté et la cohérence de ce que nous défendons sont nécessaires à une époque où on assiste à un délitement des idées et des pratiques de l’Education populaire.

Enfin, nous espérons que cette présentation servira aussi à éviter des malentendus ou des représentations erronées entendues dans certaines réunions au sujet d’une hypothétique « concurrence » avec le groupe JPL (Jeux et pratiques ludiques) Nous ne sommes pas un groupe de recherche mais d’accompagnement, de formation, d’aide et de mutualisation pour l’ensemble des militants des CEMEA qui sont engagés dans des actions de plus en plus variées : celles d’encadrement, d’organisation, de formation, d’accompagnement des publics divers, de diagnostic dans les institutions éducatives ou municipales. Cette variété apporte une richesse indéniable mais, plus que jamais, nous devons être vigilants afin de garder une cohérence.

Informations

- Ici-bas vous trouverez le compte rendu de notre premier stage de formation de formateurs réalisé au mois d’octobre dernier. En plus de son contenu, il a été précieux pour commencer un « état des lieux » national sur ces thèmes qui nous sont chers, d’expliciter les attentes, d’évaluer les « forces » réelles, et sur la base de ces constats de progressivement mettre en place les orientations du groupe.
- Comme c’était le cas il a quelques années, ce bulletin sera un lieu d’échanges et d’informations sur tout ce qui, d’une manière large concerne des thèmes en lien avec corps et culture corporelle, les jeux, le sport, les institutions de formation, corps et handicaps, l’action des mouvements de jeunesse partenaires sur ces thèmes… N’hésitez pas à l’alimenter à partir de vos connaissances, expériences ou positionnements.

Pour le groupe de pilotage JVPS

Alfredo Ferreruela


30/03/2016

bulletin JVPS 1e
(Poids : 215.5 ko - Format : Zip)

[()] [()] [()] [()]
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles