Hommage à Simone Veil : Articles de Danièle RAPOPORT.
Danielle Rapoport, Présidente d’honneur de « Bien-traitance, formation et recherches » psychologue.

M.Claire Chavaroche, chargée de mission du pôle jeunes enfants au Ceméa, partage deux articles en hommage à Simone Veil publiés dans "lesprosdelapetiteenfance.fr" rappelant le rôle considérable que cette grande dame a joué, notamment pour la protection de l’enfance et pour la petite enfance.


Mme Veil a milité pour tant de choses que les CEMEA combattent, comme la lutte pour la reconnaissance des droits des femmes, la loi sur l’IVG, un accueil humanisant de la petite enfance, qui sont encore aujourd’hui des sujets sensibles, qu’il nous parait important de lui rendre hommage en partageant avec vous deux textes d’une autre grande dame, Danièlle Rapoport.

 Hommage à Simone Veil.

Simone Veil vient de s’inviter soudainement, au détour du Solstice d’été, dans une actualité politique comme revivifiée par sa personnalité, solaire justement, son intelligence, et la mise en actes si efficace, rapide et cohérente, de ces engagements. Mais peut-être serait-il bon d’évoquer ici, car c’est moins connu d’elle, le rôle considérable qu’elle a joué au niveau de l’Aide sociale et de la Protection de l’Enfance, souvent de la toute petite Enfance, tout d’abord en tant que ministre de la Santé de mai 1974 à mars 1977, puis ministre de la Santé et de la Sécurité sociale de mars 1977 à mars 1978 , enfin ministre de la Santé et de la Famille d’avril 1978 à juillet 1979 en lançant « l’Opération Pouponnières » . Nous nous amusions alors de ces appellations successives qui changeaient l’en-tête des papiers à lettres officiels, alors que nous en voyons aujourd’hui toute la portée progressive et innovatrice ! Celle, par exemple, qui a nourri et contribué à la création récente du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Age.

De mars 1993 à mai 1995, elle reviendra comme ministre d’État : ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville, redonnant un nouveau souffle à tout ce qui avait été entrepris après elle, en particulier au niveau de l’adoption, du droit à l’accès aux origines, et de « l’Opération pouponnières » dont venait d’émerger le néologisme de « bien-traitance », inscrit pour la première fois dans la langue française en 1997 par son Comité de Pilotage …. Nous venons d’en fêter le vingtième anniversaire en lui rendant hommage avec émotion, mais avant de lancer l’Opération pouponnières, il faudrait rappeler que dès les années 75, elle m’avait tant soutenue dans ce qu’elle appelait « L’humanisation de la pédiatrie », -choquant tellement les pédiatres hospitaliers par ce terme que j’avais dû le changer au moment de la circulaire de 1983, qui reprenait tous les points auxquels elle avait tant tenu-, -en particulier les chambres mère-enfant, la cassure des horaires des visites, la présence constante des parents, le « faire savoir » et le « savoir dire » le handicap ou la maltraitance . Alors qu’elle n’était pas parue au Journal officiel, cette circulaire n’a cessé de circuler, grâce en particulier à Sparadrap et à l’Afirem, qui venaient de voir le jour !

De même, si elle avait accepté en 1979 de nous décorer, Janine LEVY et moi-même, de l’Ordre du Mérite dans le cadre même du « Centre d’assistance éducative du tout petit », c’est parce qu’il avait préfiguré pour elle le premier CAMSP avant la lettre, que nous avions ouvert en 1971 alors que le décret n’allait en sortir …qu’en 1976. Elle avait évoqué les trois films, alors en gestation, qui allaient succéder à partir de 1972 à « Aide-moi à faire tout seul : l’éveil du tout-petit, ou le plaisir partagé », et qu’elle appelait nos enfants : « Enfants en Pouponnière demande assistance », « Un hôpital pour les enfants », « Trois enfants parmi les autres ». Elle avait raison : les messages dont ils sont porteurs n’ont cessé effectivement de grandir, de devenir adultes, et sont à présent consultables sur Canal U (canal universitaire). Ils lui doivent tant …

Et nous lui devons tant….Après la catastrophe de la canicule de 2003, responsable en France de plus de quinze mille morts dans la population des personnes âgées dépendantes et isolées, beaucoup m’ont sollicitée pour envisager une sorte d’ « Opération EPAHD » à l’image de ce qu’avait été L’Opération Pouponnières. La transition démographique et épidémiologique que représente ce drame ne le permet pas, hélas. Mais nous en avons témoigné dans l’introduction d’un ouvrage récent (La bien-traitance au soir la vie. Avancer en âge, éd. Belin), introduction qui rend hommage, justement, à Simone Veil :
« Dénoncer… Enoncer… annoncer », …pour ne jamais renoncer.

 Simone Veil et l’opération pouponnières : la bien-traitance déjà !


Depuis l’annonce du décès de Simone Veil, 89 ans, les hommages se succèdent. Connue pour la façon admirable - digne et courageuse - dont elle a porté la loi légalisant le recours à l’IVG, pour sa lutte pour la reconnaissance des droits des femmes, elle l’est moins pour son action pour l’Aide Sociale à l’Enfance et le soutien qu’elle a apporté aux professionnels de la petite enfance pour humaniser les pouponnières et créer des crèches qui ne soient plus des lieux de garde mais d’accueil.

Des lieux d’accueil bien-traitants.

Danielle Rapoport, psychologue, fondatrice de l’Association « Bien-traitance, formation et recherches : naître, grandir, se construire » a coutume de dire : « Sans elle rien n’aurait été possible ». En effet comme elle l’explique dans son ouvrage« La bien-traitance envers l’enfant. Des racines et des ailes », c’est grâce à Simone Veil alors Ministre chargée des Affaires Sociales, qu’a débuté à la fin des années 70 « L’opération pouponnières ». Danielle Rapoport raconte comment alors qu’elle était venue alerter la ministre de la situation et lui montrer un film tourné dans une pouponnière de Paris : Enfants en pouponnières demandent assistance, Simone Veil a très vite pris une décision qui a tout changé. La constitution d’un groupe de travail puis d’un comité de pilotage appelé « L’opération pouponnières ». Il faut dire que le film fruit d’une recherche-action menée de 1972 à 1977 présentait des images insoutenables tant les bébés qu’on y voyait semblaient démunis, désespérés et en grande souffrance alors même qu’ils ne manquaient de rien matériellement. Leur manquait le regard bienveillant d’un adulte.

Fait unique, le comité de pilotage constitué en 1978 s’est réuni pendant plus de 20 ans. Une longévité record. En 1998 ce comité de pilotage délaissait son appellation « L’opération pouponnière » pour devenir celui «  de la bien-traitance institutionnelle des jeunes enfants de leurs parents, dans la séparation, de la naissance à l’âge de raison ».

A l’heure où la bienveillance éducative est dans toutes les bouches, où la bien-traitance est au cœur des préoccupations des professionnels de l’enfance, il est juste de reconnaître le rôle qu’a joué Simone Veil dans cette prise de conscience. En tant que femme politique, elle a permis à tous les professionnels qui l’avaient alertée d’avoir les moyens de réfléchir aux meilleures façons de remédier aux déplorables conditions d’accueil de ces tout petits enfants déjà bien malmenés par la vie.

Décidément Simone Veil était une grande dame pleine d’humanité qui savait prendre ses responsabilités.

NOTES
Rappels historiques :

- - 1966 : Simone Veil, à la tête du Conseil national de la magistrature, va alors soutenir une réforme de l’adoption qui sera adoptée dans la foulée le 11 juillet 1966.

- - En 1978, Simone veille lance l’opération « Pouponnières » dans les dépôts de l’Assistance publique de Paris.

- Alertée par le travail de la psychologue Danielle Rapoport* et de la psychomotricienne Janine Levy, qui filment ces établissements sur une longue période, Simone Veil promeut une refonte complète des pratviiques d’accueil.
Vidéo
Interview de Danielle Rapoport, psychologue clinicienne, fondatrice de l’association "Bien-Traitance, formation et recherches" sur le thème de son intervention "La Bien-traitance : de l’aube de la vie au soir de l’existence", lors du colloque des approches non médicamenteuses de la maladie d’Alzheimer le 14 novembre 2013 à Paris.

12/07/2017




La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE 2017
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Médias, éducation critique et engagement citoyen
Politiques sociales
Pratiques culturelles