Certificat Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport (CPJEPS), réforme de la formation professionnelle.

Le secteur animation vous fait part d’un ensemble d’ informations touchant le secteur de la formation professionnelle de l’animation, avec de nouvelles moutures, de nouvelles organisations, de nouvelles négociations.

 LA DISPARITION DU BAPAAT

Le Bapaat, Brevet d’aptitude professionnelle d’Assistant
Animateur Technicien), existe depuis presque 25 ans.
Il devrait être remplacé au cours de l’année 2018 par un nouveau
diplôme de niveau 5 : le CPJEPS (Certificat professionnel
de la Jeunesse de l’Éducation populaire et du Sport).
Ce nouveau venu s’adressera exclusivement à la branche socioculturelle. Il viendra terminer la refonte de la filière des diplômes professionnels de la Jeunesse et des Sports.

Lire l’article "Projet de création d’une nouvelle qualification de niveau V : Certificat Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport (CPJEPS)"

 UN BAC PRO ANIMATION ?

Le ministère de l’Éducation nationale a entamé le toilettage
du BAC Pro SPVL (Service de Proximité et Vie Locale) qui
correspondait mal aux besoins du terrain. Après une étude commandée par le ministère, le métier et les besoins identifiés par ce type de formation relèvent
de l’animation socioculturelle.
Sa nouvelle mouture et vraisemblablement, son nouveau titre, devraient en faire une formation initiale d’animateur·rice. Les premières formations en vue de ce nouveau Bac pro. devraient voir le jour à la rentrée 2019.

 RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Ce mois-ci débutent les négociations concernant la réforme de la formation professionnelle annoncée dans le programme du gouvernement. Il devrait toucher l’ensemble du dispositif actuel pour l’ensemble des salariés et des branches professionnelles, l’animation comprise.
Il vise une plus grande transparence du dispositif, la formation continue tout au long de la vie, la formation prioritaire d’un million de chômeurs et d’un million de décrocheurs en 5 ans et la massification de l’apprentissage.
Le projet de réforme envisage des changements importants, incluant une simplificationradicale du Compte Personnel de Formation CPF, notamment via un accès numérique direct et simplifié pour les salariés permettant de pouvoir s’inscrire directement à une session. Le tout « en quelques clics ».
Avec la simplification du CPF, l’accès à la formation, pourvu qu’elle soit labellisée, se ferait donc directement.
Cette nouvelle configuration pose la question du rôle des organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) qui collectent actuellement la contribution de 1% versée par les entreprises pour le financement de la formation professionnelle et en assurent la répartition.
Les négociations devraient se poursuivre jusqu’au printemps pour un vote cet été. Une affaire à suivre de très près.


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)