Avant-Propos du VEN 573
-Jean-Luc Cazaillon directeur général des Ceméa

L’expérience de la mobilisation citoyenne dite « des gilets jaunes » a témoigné, témoigne encore, dans certaines situations, d’une nouvelle modalité du lien social marquée par l’esprit d’association. Depuis plus d’un an, le secteur associatif n’a été que peu, ou pas, considéré, subissant une réduction de certaines de ses ressources, notamment à travers les emplois aidés. Cette fragilisation du lien associatif accentue les fractures territoriales quand dans le même temps il est apparu nécessaire de soutenir de nouvelles formes du « faire collectif ».

Voir et Commander le VEN 573

C’est dans ce contexte politique inédit que s’est mis en oeuvre le Grand Débat national. Pour les Ceméa, ce rendez-vous d’expression citoyenne, démocratique, ne sera réussi que s’il ouvre des possibles « dans l’ouverture et l’inclusivité, dans la transparence et la clarté, dans l’indépendance et l’impartialité » ainsi que le précise le communiqué du Mouvement Associatif. Nous le savons par expérience, recueillir la parole des citoyens ne sert à rien si nous ne sommes pas capables de dire ce que nous allons en faire. Pour notre mouvement, c’est l’enjeu central de cette concertation nationale de donner des suites aux propositions et revendications qui seront issues des débats citoyens.

Notre mouvement a toujours situé la relation individu/groupe comme l’un des piliers de l’Education. Penser de nouvelles formes d’actions collectives, favoriser l’émergence de nouvelles réflexions politiques, penser – dire – confronter – débattre font partie des convictions profondes de notre mouvement. Il est donc aussi de notre responsabilité de soutenir l’émergence de nouveaux espaces de dialogue, de rencontres, de débats portant sur les enjeux actuels.

Le thème de l’engagement des jeunes est central. S’il trouve son expression dans les missions de service civique et demain dans la phase 2 du Service National Universel, nous pensons nécessaire d’aller plus loin. Nous soutenons la nécessité de considérer la valeur intrinsèque que porte l’engagement de la personne, d’identifier et valoriser la prise de responsabilités éducatives et sociales ainsi que la contribution au lien social indissociable des dynamiques d’engagement. Au moment où le Bafa est de nouveau appréhendé comme l’un des supports de cohésion et d’engagement permettant à des jeunes de consacrer une partie de leur temps libre à l’encadrement d’enfants et de jeunes, nous proposons de reconnaître le principe de la contribution à une action éducative d’intérêt général en créant un véritable statut pour le volontariat dans les accueils collectifs de mineurs.

Parce qu’une société démocratique et solidaire doit favoriser l’accès aux vacances et aux loisirs du plus grand nombre, elle doit prendre en compte à sa juste valeur la participation solidaire des animateurs et directeurs volontaires.

Jean-Luc Cazaillon
directeur général des Ceméa

Voir et Commander le VEN 573


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)