À propos des CLICOSS (Comités départementaux de liaison et de coordination des services sociaux)

Les Comités départementaux de liaison et de coordination des services sociaux doivent être les garants d’une culture professionnelle ouverte sur la société !

Et si les Comités Départementaux de liaison et de coordination des services sociaux (CLICOSS), loin de représenter les vestiges d’une certaine représentation des services d’actions sociales, préfiguraient, en fait, l’avenir d’une organisation du secteur centrée sur le décloisonnement des identités professionnelles et sur la participation active aux politiques publiques ?

Le dispositif CLICOSS repose historiquement sur les valeurs de coordi-nation et de transversalité des acteurs institutionnels du social ; particulièrement vigilent aux notions de démocratie et d’informations partagées, il s’est avéré dans les départements qui ont su le préserver un atout supplémentaire pour la décentralisation de l’action sociale. Ce constat est important puisqu’il vient contredire, à notre avis, la volonté hégémonique de certaines collectivités locales de s’approprier la gestion directe des instances de coordi-nation préexistantes dans une visée de plus grande cohérence des actions.

Quels sont les enjeux actuels du travail social à l’heure d’une deuxième phase annoncée de la décentralisation renforçant plus que jamais, le rôle des départements en action sociale ? Ce sont les grandes orientations portées par la loi du 2 JANVIER 2002, à savoir, le droit des usagers (être informés et accompagnés dans une participation active aux dispositifs les concernant) mais aussi l’évaluation permanente des missions, des actions et des pratiques (réinterroger le sens des interventions sociales et la cohérence des dispo-sitifs). Il est indéniable que les CLICOSS disposent, en la matière, à la fois d’une expé-rience irremplaçable dans la confrontation des logiques institutionnelles avec l’attente des usagers mais également d’un savoir-faire reconnu en termes de brassage de l’information, d’organisation collective de la réflexion des acteurs et de collecte d’expériences participant à l’émergence et à l’expression d’une véritable expertise des professionnels de l’action sociale.

C’est pourquoi, nous appelons les décideurs politiques à renforcer, là où ils existent, et à redonner vie, là où ils ont disparu, des instances de rencontre et de concer-tation inter-institutions, décloisonnées entre les différents statuts et les multiples champs de compétence des travailleurs sociaux ! Ces instances directement rattachées ou indirecte-ment inspirées des actuels Comités départementaux de liaison et de coordination des services sociaux pourraient, à partir d’une nouvelle définition de leur statut juridique et de l’organisation des institutions et services qui les composent, jouer un rôle déterminant dans la mobilisation des acteurs professionnels vis à vis des politiques sociales à venir

Les CLICOSS représentent, aujourd’hui, le creuset d’une culture citoyenne du travail social en phase avec les enjeux démocratiques de notre société.

Pour la Conférence permanente des organisations professionnelles du social
Bernard Cavat, animateur national


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)