||février 2002
Donner du sens
 Ajouter au panier

Des décideurs à la famille : mieux partager les rôles
éducatifs pour parvenir
à une éducation plus globale.

En s’appuyant à la fois sur les travaux de diagnostic, d’évaluation, sur des formations des acteurs réalisés par les associations territoriales des Ceméa, sur des entretiens comme ceux inclus dans ce dossier, sur les travaux du groupe national sur les PEL, sur la prise en compte de l’enfant et du jeune dans sa globalité, l’amélioration d’une cohérence et d’une continuité éducative nécessitera une analyse plus fine des mécanismes et des obstacles des premières expériences menées. Une plus large diffusion des enjeux politiques et pédagogiques devrait concourir à la réussite de l’ambition contenue dans le développement des projets éducatifs locaux.

Quelles logiques ou sur quelles logiques s’appuyer ? Les deux logiques qui ont prédominé tournent autour de l’offre et de la demande éducative d’une part et, en moins grande proportion, sur la prise en compte des rythmes. Sur la première, elle s’est traduit par des mises en place d’accueil périscolaire, par la création de nouvelles activités péri et extrascolaires, par des modifications horaires et de capacité d’accueil de celles-ci. Par exemple, on a noté une baisse significative de l’offre éducative pendant les grandes vacances dans de nombreux diagnostics, ce constat ayant entraîné la mise en place de centres de loisirs.
La logique, satisfaisant les décalages entre les horaires scolaires et les temps cumulés de travail et de transport des parents, est souvent perçue comme une réponse sociale de la collectivité territoriale à ses administrés et est vécue comme telle par les acteurs qui encadrent les activités. Comme on peut le lire dans le supplément du Monde de l’éducation n° 298, consacré aux rythmes scolaires à propos de la discordance des temps famille et école : " Le temps de l’école a longtemps été suivi par la société, aujourd’hui c’est le contraire ". Voir l’acharnement des parents avec le samedi, acharnement renforcé par la mise en place des trente cinq heures. Le questionnement restant à la petite semaine sans pour autant s’attaquer aux rythmes période scolaire-petites vacances tout au long de l’année.
Une autre logique a consisté dans la recherche d’une meilleure adéquation entre l’offre et la demande.
À grand renfort de questionnaires judicieusement distribués, le constat des carences en nombre et en diversité a été fait ; par exemple, les activités scientifiques. Dans ces collectivités, on a donc infléchi d’autant sur la palette d’activités offertes.
Même si on peut s’interroger sur la place de l’enfant, sa prise en compte dans ces logiques, elles ne sont pas pour autant condamnables. Un idéal d’organisation de notre société, qui écarterait la place des adultes serait insatisfaisant. Omettre des pratiques culturelles, scientifiques ou sportives serait une grave erreur.
En revanche, d’autres facteurs demeurent en sommeil ou sous-utilisés alors qu’elles pourraient être complémentaires et contribuer à une amélioration qualitative des PEL.
En voici quelques-unes qui pourraient contribuer à une réelle mise en œuvre, qui n’oublierait aucun niveau concerné : les décideurs, le groupe local et le coordonnateur, les structures qui y participent, les enfants, les jeunes et leurs parents.

Prenons quelques exemples
Les décideurs. Pour compléter une logique de satisfaction des demandes des parents, aussi électeurs, ou pour compléter une logique de recherche du meilleur financement, une logique de politique éducative qui influe également sur les politiques de logement et de transport.
Le groupe local. Intégrer une logique d’interaction sociale et éducative. Interroger sans cesse la continuité et la cohérence éducative pour ne pas se cantonner à une logique distributive, de répartition mais travailler coopérativement en partant des compétences de chaque structure, avec ce qui fait leur spécificité et leur complémentarité avec d’autres opérateurs directs. Étudier concrètement comment chacune d’elle décline des objectifs éducatifs plus généraux comme le déve- loppement de l’autonomie, rendre l’enfant ou le jeune acteur de ses apprentissages. C’est à ce prix que l’on réduira les représentations erronées que l’un a de l’autre, que l’on dépassera le sentiment de se faire prendre sa place... et qu’un véritable partenariat au service d’éducation de qualité verra le jour.
Le coordonnateur. On connaît les qualifications professionnelles des personnes qui occupent cette fonction. Elles sont très diverses. Parmi celles qui relèvent des métiers de l’animation, elles vont du BAFA, la personne bénévole reconnue dans la commune au DEFA, en passant par des BEATEP ou des BAFD. Sans en faire un métier, une nécessaire connaissance des enjeux politiques et éducatifs, une vision claire de la notion de projet, des compétences en matière de suivi et d’évaluation, des qualités relationnelles susceptibles de mettre autour d’une table des personnes ayant des fonctions et des cultures aussi diverses qu’animateur sportif, enseignant, bouliste, pécheur ou amateur de théâtre nous semblent indispensables. Une formation à cette fonction s’impose donc.
Les parents. À quoi servent les aménagements des horaires de l’école, en
augmentant, par exemple la pause repas de mi-journée, si par ailleurs, aucune action n’est faite en direction des parents sur l’importance du sommeil pour l’équilibre, le développement et les apprentissages de l’enfant
et du jeune ?

Les enjeux
Les enjeux politiques
Au-delà des nécessaires articulations entre les politiques éducatives des collectivités territoriales et celles
des services déconcentrés de l’État, l’association au fonctionnement des jeunes, des parents, des acteurs, des responsables des structures d’accueil et la négociation avec les élus locaux sont un enjeu de développement de la démocratie participative et de la citoyenneté.
Les enjeux pédagogiques
Le PEL n’est pas un dispositif de plus, qui s’ajoute aux CATE, ARS, AEPS, ARVEJ... mais un aboutissement
censé mettre en musique, conjuguer l’ensemble du temps de l’enfant et du jeune, qui vise également un saut qualitatif pour que chaque instant soit pour eux un moment d’éducation, scolaire ou non.
Cette approche nécessairement
globale du temps de l’enfant, l’aménagement de son temps avec le souci du respect de son rythme, l’idée que l’éducation, si elle est partagée, doit être en cohérence pour que nos jeunes soient bien dans de l’Agir et non dans un consumérisme parfois très occupationnel !
Enfin, que le droit à l’éducation ne se résume plus au droit à la scolarité mais aussi au droit aux loisirs de qualité, tant ils sont spécifiques, complémentaires et contribuent à la réussite du développement optimal de nos jeunes futurs citoyens.

À lire sur le sujet
L’enfant et ses rythmes : pourquoi il faut changer l’école, Pr François Testu, Pr Roger Fontaine, Calmann-Lévy, 2001.
Grain de CEL - édité par la Jeunesse et Sports, ou sur le site interministériel :
www.education.gouv.fr/cel

Marc Dromain, chargé de mission CEL aux ceméa



Tous les articles de :
  • Marc Dromain

  • 31/01/2002
    La présentation des Ceméa et de leur projet
    Qui sommes-nous ?
    Historique des Ceméa
    Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
    Contactez-nous
    Les Ceméa en action
    Rapports d’activité annuels
    Agenda et évènements
    Collectifs - Agir - Soutenir
    Congrés 2015 - Grenoble
    REN 2018 Valras
    Prises de position des Ceméa
    Textes et actualités militants
    Groupes d’activités
    Fiches d’activités
    Répertoire de ressources (Archives)
    Textes de références
    Les grands pédagogues
    Sélection de sites partenaires
    Textes du journal officiel
    Liens
    Vers l’Education Nouvelle
    Cahiers de l’Animation
    Vie Sociale et Traitements
    Les Nouveautés
    Télécharger
    le catalogue
    Nos archives en téléchargement
    gratuit
    Commander en ligne
    BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
    FORMATION ANIMATION Professionnelle
    Desjeps
    Dejeps
    Bpjeps
    Bapaat
    Formation courte
    FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
    Éducation spécialisée
    Moniteur éducateur
    Caferius
    Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
    Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
    CURSUS UNIVERSITAIRE
    SANTE MENTALE
    Dans et autour de l’école
    Europe et International
    Les vacances et les loisirs
    Politiques sociales
    Pratiques culturelles
    MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN