||février 2002
Emplois jeunes : Evaluation et perspectives
 Ajouter au panier

Le dispositif " nouveaux services emplois jeunes " a quatre ans. Un récent rapport présenté par Anicet Le Pors a évalué l’impact du dispositif dans le secteur associatif de la jeunesse et des sports. Le collectif national " emplois jeunes " entend poursuivre son engagement par la contribution des mesures d’accompagnement et de professionnalisation.

Le récent rapport d’évaluation du programme "nouveaux services-emplois jeunes" présenté par Anicet Le Pors démontre clairement que le dispositif établi par la loi du 16 octobre 1997 a apporté une réponse innovante par rapport aux dispositifs précédents en matière de lutte contre le chômage des jeunes.
Cette fois, l’accent est mis sur la création de services et d’activités répondant à "des besoins émergents et non satisfaits et présentant un caractère d’utilité sociale" et non sur la seule création d’emplois, par exemple animateur développeur de la vie associative, animateur d’intégration scolaire d’enfants handicapés, animateur de la citoyenneté...
Pour les associations, ce programme a permis de répondre aux nouvelles attentes des acteurs locaux d’une part, de satisfaire de nouvelles exigences de l’intervention sociale, de maintenir des activités et parfois de refondre des projets associatifs d’autre part. Si on se réfère aux statistiques de l’administration, on peut constater que le dispositif, qui devait créer 350 000 emplois avant la fin 1999, a pris du retard (273 000 emplois créés au 1er janvier 2001 dont 51 520 jeunes en activité dans le secteur de la jeunesse et des sports ).
Le programme a permis aux jeunes de disposer d’un emploi stable à temps plein pendant cinq ans. À cet égard, on peut noter que les deux tiers des jeunes embauchés dans le programme étaient en situation précaire. La majorité d’entre eux avait été bénévole ou volontaire dans le secteur. Ce qui aujourd’hui nécessite une perspective de consolidation de leurs emplois et par conséquent une qualification en leur proposant des formations adaptées.

Anticiper la pérennisation
L’instance d’évaluation a pu établir une typologie des activités exercées, mais c’est la polyvalence qui domine, ce qui rend difficile la caractérisation d’un métier mais constituera une situation favorable à la pérennisation.
Les associations ont répondu largement aux objectifs du programme. Elles ont ainsi contribué à la diminution du chômage des jeunes et à l’amélioration de leur fonctionnement interne. Mais la plupart d’entre elles n’ont pas anticipé de réponses à la question de la pérennisation, car elles ne disposaient de tous les éléments leur permettant de se déterminer
vis-à- vis des mesures gouvernementales annoncées aujourd’hui et qui ne répondent pas à mon sens à tous les cas de figure.

Consolider les services
À ce sujet, le plan de consolidation des activités et des services créés offre deux possibilités aux associations pour pérenniser leurs emplois :

L’"épargne consolidée" consiste en une aide financière dégressive versée aux associations qui commencent à dégager des recettes complémentaires (recherche des perspectives de financement nouveaux, de nouvelles prestations) afin qu’elles puissent parvenir à terme à un équilibre financier et aborder dans "les meilleures conditions" l’arrêt des aides initiales aux postes emplois jeunes (soit 15244,90 euros par an pendant cinq ans pour chaque emploi créé). L’aide comprend une épargne réalisée au cours de la période initiale de cinq ans, épargne qui est ensuite reversée au cours des trois années suivantes, abondée d’une prime (soit huit ans au total d’aide financière). L’administration tutelle doit dire plus clairement que cette mesure va être proposée et généralisée pour la majorité des associations.

Les "conventions pluriannuelles" consistent en une aide ouverte aux associations qui rencontrent des difficultés de financement malgré l’aide initiale de l’État et qui ne disposent pas de ressources suffisantes pour équilibrer leur budget d’activités. Cette aide est fonction de l’analyse du contexte dans lequel l’activité est développée et de la non solvabilité de celle-ci et de son utilité sociale.
Pour appliquer cette mesure il me semble nécessaire que des questions doivent être résolues :
- Quels critères résident à la définition d’utilité social ?
- Qui arbitrera sur la qualité et la reconnaissance du service ?
- Dans quel cadre se fera le diagnostic de l’ancrage territorial ?
Dans ce cadre, les Ceméa avec les trois autres associations du collectif doivent participer activement dans les instances territoriales et à l’élaboration des propositions.

Professionnaliser les emplois
La pérennisation des services et des activités est liée aussi à la professionnalisation des emplois et des jeunes par la formation et par l’accompagnement des employeurs.
On peut constater que la formation des jeunes constitue un enjeu considérable
en raison, d’une part, de la modicité de leurs rémunérations et, d’autre part, de leur proximité dans le secteur de la jeunesse et des sports (sept sur dix étaient bénévoles ou volontaires dans le secteur).
À l’occasion du dispositif NSEJ, les réformes du plan de formation du Ministère de la Jeunesse et des Sports, qui avaient été envisagées ou engagées au cours des années précédentes, se sont accélérées. Il s’agit de l’institution d’un nouveau diplôme de niveau IV (Brevet professionnel de la Jeunesse, de l’éducation populaire et du Sport - BPJEPS ), centré sur l’animation. Ce diplôme va renforcer, à mon avis, l’identité du champ jeunesse et sport.
Dans cette perspective les réseaux dont font partie les Ceméa doivent engager des réflexions collectives, en lien avec les représentants des employeurs associatifs et le ministère de la Jeunesse et des Sports, autour de l’emploi associatif.
Ils doivent favoriser l’émergence des compétences spécifiques à acquérir dans les associations pour répondre aux exigences de développement des services éducatifs.
Enfin, ils doivent mener l’expérimentation et la mise en œuvre de formations qualifiantes en direction des jeunes s’appuyant sur la réforme des diplômes et des qualifications initiée par le ministère de la Jeunesse et des Sports.
Il est nécessaire aujourd’hui de mener un travail d’accompagnement déjà engagé par nos réseaux des responsables associatifs. Cet accompagnement doit s’inscrire dans une logique de développement territorial tout en demeurant dans une approche globale. Il doit renforcer la pérennisation du développement associatif. Il s’agit de consolider l’économie associative, de mettre en place de politiques des ressources humaines, de prendre en compte l’environnement local, de qualifier les jeunes salariés et d’organiser l’emploi associatif.
Ce travail d’accompagnement doit aussi développer l’engagement des bénévoles dans le fonctionnement des services créés.
Enfin il doit amplifier et soutenir le fonctionnement en réseau afin de mieux garantir une prise en compte efficace de la demande sociale.

Mohamed Ouarouar



Tous les articles de :
  • Mohamed Ouarouar

  • 31/01/2002
    La présentation des Ceméa et de leur projet
    Qui sommes-nous ?
    Historique des Ceméa
    Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
    Contactez-nous
    Les Ceméa en action
    Rapports d’activité annuels
    Agenda et évènements
    Collectifs - Agir - Soutenir
    Congrés 2015 - Grenoble
    REN 2018 Valras
    Prises de position des Ceméa
    Textes et actualités militants
    Groupes d’activités
    Fiches d’activités
    Répertoire de ressources (Archives)
    Textes de références
    Les grands pédagogues
    Sélection de sites partenaires
    Textes du journal officiel
    Liens
    Vers l’Education Nouvelle
    Cahiers de l’Animation
    Vie Sociale et Traitements
    Les Nouveautés
    Télécharger
    le catalogue
    Nos archives en téléchargement
    gratuit
    Commander en ligne
    BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
    FORMATION ANIMATION Professionnelle
    Desjeps
    Dejeps
    Bpjeps
    Bapaat
    Formation courte
    FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
    Éducation spécialisée
    Moniteur éducateur
    Caferius
    Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
    Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
    CURSUS UNIVERSITAIRE
    SANTE MENTALE
    Dans et autour de l’école
    Europe et International
    Les vacances et les loisirs
    Politiques sociales
    Pratiques culturelles
    MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN