11 octobre 2017
BLOC-NOTES
Coup d’État
 Ajouter au panier

C’est le titre choc qu’a donné le journal Marianne pour expliquer la stratégie de Nicolas Sarkozy dans sa progressive prise de pouvoir. Il est vrai que dans le domaine qui nous concerne, et se basant sur le désir de sécurité de nombre de nos concitoyens, il est passé maître dans l’art de profiter de tout événement pour avancer ses pions.
Prenons la protection de l’enfance. Dans un appel retentissant, J.-P Rosenzweig et J. Romero demandent une large concertation sur ce sujet, estimant , à juste titre, que les législations successives ont créé des distorsions entre les textes, ainsi que des obscurités qui ne facilitent pas le travail des praticiens. Philippe Bas entend, consulte, interroge et s’efforce de construire un texte nouveau, adopté en conseil des ministres et qui devrait venir en discussions au Parlement rapidement. Le CSTS consulté, ainsi qu’il est normal, avait fourni ses observations et ses principales réflexions. La mort de deux enfants, au cours du même week-end, agite l’opinion.
Et voilà que M. Sarkozy se ramène avec son projet de loi sur la prévention de la délinquance, projet que l’on ne connaît que par bribes, et qui contient des éléments en contradiction avec le projet Bas.
Qu’à cela ne tienne, sous prétexte d’urgence, il vent faire passer son projet avant. Et le président de la
République qui devrait arbitrer ne se prononce pas vraiment sur cette inversion du programme, laissant manœuvrer son ministre de l’Intérieur. C’est le triomphe du coup de force sur la continuité d’une politique qui ne manque pourtant pas d’ouvriers consciencieux.
Et l’on voudrait que les jeunes soient sages, qu’ils comprennent la démocratie, qu’ils utilisent la parole plus que les passages à l’acte ! Quand le sommet de l’État donne l’exemple, on voit mal au nom de quels principes nous pourrions convaincre les jeunes de s’y prendre autrement. C’est difficile d’être jeune aujourd’hui, disais-je dans un colloque des CÉMEA d’Ile-de-France, sur les jeunes et l’animation, en rassemblant les propos de trois groupes de travail. Oui ! C’est difficile parce que la situation sociale n’est pas claire, parce que les adultes ne savent plus très bien où ils en sont et que, pour cette raison, ils n’osent plus s’exprimer, affirmer qu’il existe des valeurs républicaines, qu’elles ne sont pas ringardes, et que se battre pour leur maintien, c’est se battre pour l’homme, pour la sauvegarde de ses droits, pour l’affirmation de ses responsabilités.

JACQUES LADSOUS
Éducateur





Tous les articles de :
  • Jacques Ladsous

  • 31/05/2006
    La présentation des Ceméa et de leur projet
    Qui sommes-nous ?
    Historique des Ceméa
    Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
    Contactez-nous
    Les Ceméa en action
    Rapports d’activité annuels
    Agenda et évènements
    Collectifs - Agir - Soutenir
    Congrés 2015 - Grenoble
    REN 2018 Valras
    Prises de position des Ceméa
    Textes et actualités militants
    Groupes d’activités
    Fiches d’activités
    Répertoire de ressources (Archives)
    Textes de références
    Les grands pédagogues
    Sélection de sites partenaires
    Textes du journal officiel
    Liens
    Vers l’Education Nouvelle
    Cahiers de l’Animation
    Vie Sociale et Traitements
    Les Nouveautés
    Télécharger
    le catalogue
    Nos archives en téléchargement
    gratuit
    Commander en ligne
    BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
    FORMATION ANIMATION Professionnelle
    Desjeps
    Dejeps
    Bpjeps
    Bapaat
    Formation courte
    FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
    Éducation spécialisée
    Moniteur éducateur
    Caferius
    Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
    Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
    CURSUS UNIVERSITAIRE
    SANTE MENTALE 2018
    Dans et autour de l’école
    Europe et International
    Les vacances et les loisirs
    Politiques sociales
    Pratiques culturelles
    MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN