Le choix des familles : école publique ou école Privée ?

Gabriel Langouet et Alain Leger, 240 pages, Éditions Fabert, Paris, 1997

On s’en souvient : c’était en 1984, un million d’enseignants, d’animateurs, de parents d’élèves défilaient dans les rues à la surprise générale. C’était pour protester contre les menaces réelles et imaginaires d’un projet de loi Savary qui semblait ressusciter le vieil idéal d’un système unique d’enseignement public. Cet idéal était né cent ans plus tôt dans une situation où l’église conquérante aspirant encore au monopole de l’éducation des consciences avait entraîné l’état défenseur de la liberté des consciences dans une guerre scolaire sans merci, jusque dans chaque village entre les bleus et les rouges. Tout jeune, j’ai connu ce temps impensable aujourd’hui où chaque dimanche matin, dans la grande rue de mon bourg de Bourgogne, défilait tour à tour à 10 heures et à 11 heures du matin la fanfare des uns et celle des autres, avec leurs partisans de tous âges. Que signifiait, en 1984, ce projet Savary, vite abandonné ?
Dix ans plus tard, une manifestation d’une égale ampleur occupait la rue pour défendre l’enseignement public menacé plus ou moins réellement de “ privatisation ” selon une définition peut-être d’un autre âge. Un écho de cette crainte pouvait encore être perçu au cours d’un récent colloque national : “ Défendre et transformer l’é cole pour tous ” tenu à Marseille en octobre 1997. On pouvait se demander quel sens pouvait avoir l’enseignement privé dans un contexte de crainte réciproque à travers les informations souvent schématisées des journaux de tous bords.
Une enquête nationale de sociologie historico-empirique menée auprès d’unéchantillon représentatif de plusieurs milliers de familles nous apporte de précieuses réponses qui contrastent avec les réponses stéréotypées de la presse. Cette enquête prolonge et précise une enquête précédente dirigée par les mêmes sociologues Gabriel Langouet et Alain Léger (en 1994) avec une postface de l’historien Claude Lelièvre : “école publique ou école privée ? Trajectoires et réussites scolaires”. Ces deux enquêtes révèlent une autre dynamique sociale que celle qui ressuscite la guerre idéologique d’antan : c’est la dynamique d’une crainte croissante des échecs scolaires dans une société où ils constituent un handicap social encore plus grand qu’avant et où les choix des solutions par les familles sont plus libres et plus diversifiés qu’hier. En effet, 40 % des familles interrogées ont déclaré qu’elles choisissaient le public ou le privé, souvent alternativement, pour tenter de trouver la meilleure situation scolaire pour leur progéniture en difficulté. Les choix purement idéologiques sont minoritaires entre les deux systèmes, aujourd’hui tous deux contrôlés par l’état selon des conventions respectueuses de la liberté des consciences.

Ce sont les conditions sociales du choix des familles pour tenter d’obtenir le meilleur succès scolaire que l’enquête récente de G. Langouet et A. Léger a cherché à mieux connaître. C’est un beau travail de sociologie empirique réalisé selon les règles de la pensée expérimentale souvent oubliée ailleurs même en sociologie qui nous est présentéaujourd’hui. Les auteurs nous aident à mieux comprendre ce qu’ils appellent le “zapping scolaire” entre les deux systèmes. Il ne concernait que 30 % des familles en 1994. Trois ans après, on en compte un tiers de plus. Ce fait social n’est pas une survivance d’hier, il connaît une dispersion qui reflète la dynamique nouvelle de la décentralisation allant de 27,5 % à 47,2 % d’usagers.
Cet aspect est si important qu’une postface s’ajoute aux textes des auteurs pour mettre en valeur “ les similitudes et différences régionales ” sous les signatures de G. Combaz, H. Béraud-Caquelin, M. Champseix, S. Devineau.
Le titre du livre met en pleine lumière la dynamique dominante actuelle de cette co-existence plutôt coopérative entre le système public et privé à travers l’évolution du choix des familles en toute classe sociale, inégalement, pour tenter d’éviter le plus possible l’échec scolaire à leurs enfants. Quel dommage que l’important colloque national organisé en octobre 1997 à Marseille pour “ défendre et transformer l’école pour tous ” se soit dispersé en une variétéde discours au lieu de se concentrer, comme cette enquête nationale, sur l’é volution des représentations de l’échec aux examens et du non-sens que la majorité des adolescents scolaires accordent aux savoirs inculqués à tous par l’obligation scolaire (Charlot 1992).
Quel dommage que l’étendue et la limite du “ zapping ” scolaire révélées par cette enquête n’aient pas fait l’objet d’une discussion générale orientée vers les transformations nécessaires des programmes et des rythmes scolaires pour redonner sens aux savoirs scolaires auprès de la majorité des adolescents de l’école pour tous !

Joffre Dumazedier



Tous les articles de :
  • Joffre Dumazedier

  • 31/01/1998
    La présentation des Ceméa et de leur projet
    Qui sommes-nous ?
    Historique des Ceméa
    Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
    Contactez-nous
    Les Ceméa en action
    Rapports d’activité annuels
    Agenda et évènements
    Collectifs - Agir - Soutenir
    Congrés 2015 - Grenoble
    REN 2018 Valras
    Prises de position des Ceméa
    Textes et actualités militants
    Groupes d’activités
    Fiches d’activités
    Répertoire de ressources (Archives)
    Textes de références
    Les grands pédagogues
    Sélection de sites partenaires
    Textes du journal officiel
    Liens
    Vers l’Education Nouvelle
    Cahiers de l’Animation
    Vie Sociale et Traitements
    Les Nouveautés
    Télécharger
    le catalogue
    Nos archives en téléchargement
    gratuit
    Commander en ligne
    BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
    FORMATION ANIMATION Professionnelle
    Desjeps
    Dejeps
    Bpjeps
    Bapaat
    Formation courte
    FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
    Éducation spécialisée
    Moniteur éducateur
    Caferius
    Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
    Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
    CURSUS UNIVERSITAIRE
    SANTE MENTALE
    Dans et autour de l’école
    Europe et International
    Les vacances et les loisirs
    Politiques sociales
    Pratiques culturelles
    MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN