Mauvais objet, mauvais sujet

Claude Martin, Éditions Jeunesse et Droit, 172 p.

En ce temps où l’hystérie sécuritaire et le principe de précaution ont fait rejaillir le temps des soupçons, qu’il est bon de lire un tel ouvrage, de réfléchir sur l’expérience qu’il contient. Je dis expérience, et je devrais dire expérimentation car dans ce foyer de Vitry, dont on n’aura jamais fini de dire qu’il fut un laboratoire permanent de recherche pour aider les adolescents à se construire, tous les ingrédients étaient réunis pour que chacun trouve sa place et partage son savoir avec les autres, et que tous puissent faire leur chemin.
Alors que Tom vient de nous quitter mais n’en finit pas de nous interroger sur notre capacité à vivre en empathie avec les autres, ce livre vient nous redonner les clefs du regard qui fait grandir.
Et je pense d’abord à toute la symbolique de la couverture : cet éléphant qui naît sans défense, et qui va les construire à partir de ce qu’il reçoit comme lait, comme amour, comme sécurité. Et ces défenses vont se présenter de manières différentes, entraînant des comportements pas toujours acceptables ni pour lui, ni pour les autres, en contrepoint des agressions qu’il ressent, ou des vides qu’il rencontre. Ces comportements en font-ils un mauvais objet, dont on se méfie, dont on se défile, dont on se détourne, le voilà classé dans les mauvais sujets, ceux qui ne sont pas admis, pas adaptés, parce que leur berceau n’a pas reçu les dons des bonnes fées. Et les voilà partis, maladroitement, dans la recherche du don. Mais il y a si peu de vrais donneurs, de personnes ayant l’A.A.A. (cette attitude authentiquement affective) qui permet de le renouveler à lui-même dans sa capacité à être, à vivre, à être heureux. Nous sommes les dispensateurs de ce don : c’est la raison d’être de notre métier. La société a ses règles et ses lois, mais nous ne sommes pas les gardiens de ces lois. Notre fonction est non pas de punir, mais de chercher au-delà de ces comportements que nous ne pouvons approuver, et qui ne sont pas supportables, ce grain de désir qui peut délivrer de l’échec et conduire au succès. Nous savons bien que tout homme a envie de réussir un chef-d’œuvre, ou même tout simplement une œuvre, et qu’il en a la possibilité s’il rencontre sur son chemin celui ou celle qui va le valoriser. Sans doute, comme le dit Bettelheim, « l’amour ne suffit pas », et Claude Martin nous dit tout ce qui s’invente et se prépare à Vitry pour donner un prolongement à cette posture de l’A.A.A., mais sans cette disposition première, ce regard qui espère, cette sollicitation muette qui se lit dans notre façon d’être, rien ne pourrait se passer.
Je sais que chacun a droit à la sécurité, mais lui aussi, quoi qu’il ait fait ; est-ce en le plongeant dans sa faute, en l’enfermant dans sa culpabilité, ou dans le refus de celle-ci que nous lui donnerons les moyens de s’en libérer ? À chacun son rôle et sa fonction. Le dompteur observe, écoute et dresse, le geôlier garde, l’éducateur propose. Mais que dis-je l’éducateur ? Un tel travail n’est possible que s’il se fait en équipe. « Si chacun doit être autonome dans son travail avec les garçons, en groupe ou individuellement, ce travail ne peut se concevoir que complémentairement à celui des autres et nécessite une vision d’ensemble qui restitue chaque événement ou attitude dans un projet commun » (p. 40).
Revenir à la clinique, nous demande Claude Martin. Prendre le temps d’observer, de comprendre, au-delà des comportements qui nous agressent... et lancer des idées pour que, à un moment peut-être, quelque chose comporte l’adhésion, suggère un intérêt, une tentative, et alors conduise au succès, à la valorisation qui est aussi réconciliation avec soi-même. Ce n’est facile pour personne, ni pour l’adolescent, ni pour nous. Mais qui nous a dit que ce métier était facile ? Dans les modèles que nous propose Claude Martin, nous pouvons lire toute la rigueur, toute la minutie de la recherche des éléments qui ont pu conduire les uns ou les autres à ces comportements odieux, inadmissibles au tout-venant. Mais nous ne sommes pas tout-venant. Nous avons choisi d’être auprès d’eux, sans démagogie, mais aussi sans menace. Claude Martin est allée jusqu’au bout de sa fonction. Les quelques témoignages qui figurent en fin de parcours sont autant de fleurs sur sa tombe. Elle nous a quittés trop vite mais sa thèse à l’origine du livre nous restitue sa présence, et ses convictions.
Vous tous qui pouvez avoir des doutes sur votre fonction, lisez tranquillement ces pages. Et vous sentirez peu à peu votre souffle reprendre un rythme régulier, tandis que se libéreront vos tensions musculaires. Et vous vous retrouverez disponible à vos engagements.

Jacques Ladsous


Article extrait de "Vie Sociale et Traitements n°84"

Tous les articles de :
  • Jacques Ladsous

  • 30/09/2004
    La présentation des Ceméa et de leur projet
    Qui sommes-nous ?
    Historique des Ceméa
    Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
    Contactez-nous
    Les Ceméa en action
    Rapports d’activité annuels
    Agenda et évènements
    Collectifs - Agir - Soutenir
    Congrés 2015 - Grenoble
    REN 2018 Valras
    Prises de position des Ceméa
    Textes et actualités militants
    Groupes d’activités
    Fiches d’activités
    Répertoire de ressources (Archives)
    Textes de références
    Les grands pédagogues
    Sélection de sites partenaires
    Textes du journal officiel
    Liens
    Vers l’Education Nouvelle
    Cahiers de l’Animation
    Vie Sociale et Traitements
    Les Nouveautés
    Télécharger
    le catalogue
    Nos archives en téléchargement
    gratuit
    Commander en ligne
    BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
    FORMATION ANIMATION Professionnelle
    Desjeps
    Dejeps
    Bpjeps
    Bapaat
    Formation courte
    FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
    Éducation spécialisée
    Moniteur éducateur
    Caferius
    Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
    Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
    CURSUS UNIVERSITAIRE
    SANTE MENTALE 2018
    Dans et autour de l’école
    Europe et International
    Les vacances et les loisirs
    Politiques sociales
    Pratiques culturelles
    MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN