Éditorial
Boxer avec la vie !



Un de nos amis, entraîneur de sport de combat, vient de terminer un bien remarquable périple professionnel. Avec d’autres, professionnels et bénévoles, il a su accompagner une équipe féminine, forgée de toutes pièces et sortie du néant, jusqu’aux plus hauts niveaux internationaux : compétitions nationales et internationales atteintes avec succès. vst n’est pas l’Équipe, journal sportif, il ne parle pas plus de l’exploit de J.-C. Lafaille seul, sans oxygène, dans l’hiver de l’Himalaya, que du tournoi des Cinq Nations. Alors pourquoi en parler ?

Parce que ces victoires ne sont pas que sportives. Elles sont tout autant sociales et éducatives. Ces très jeunes femmes étaient issues de milieux divers mais plutôt populaires. Beaucoup sont descendantes d’immigrés maghrébins, algériens et marocains. Imaginez-vous ce qu’il faut d’obstination, de conviction et de garanties offertes pour développer et accompagner un tel projet chez ces jeunes femmes, pour le faire accepter par leurs familles et leurs proches.

Le sport, le combat sportif, la compétition, sont-ils bien des activités féminines ? N’est-elle pas risquée la vie en collectivité, risquée par la proximité sociale, culturelle et sexuelle bien sûr, avec des adultes, des étrangers au groupe, des inconnus ? Va-t-on, dans les stages, les entraînements et les voyages, respecter les règles et les coutumes familiales ou religieuses, règles vestimentaires, alimentaires et autres ? Que vont en penser les autres ? Les « Autres » - voisins et « faux amis » - sont très importants pour les entourages vulnérables et pour les cultures de l’honneur. « Tu n’imagines pas, dit mon ami, comme le regard extérieur est important pour guider la conduite des gens, ils ne peuvent se fier à leur propre ligne de conduite... Mais les filles, elles, savent pourquoi elles se battent et contre quoi ! »

Du côté des jeunes femmes, le challenge était tout aussi considérable. Comment tenir la régularité physique et morale indispensable à l’entraînement comme au succès ? Comment maintenir l’engagement sportif sans céder sur les devenirs scolaires ou professionnels ?

Tout cela a tenu durant plusieurs années, relayé par des actions locales dans des clubs de quartier. Une fête, un disque ont mêlé sport et expression musicale, frères et amis supporters. Désormas chacun va de son côté, d’autres ont pris la place. Les jeunes femmes du début se consacreront désormais plus à leurs amours, leurs familles ou leurs métiers. La trace de l’expérience réussie subsistera. Il faut croire que des jeunes d’aujourd’hui sont capables d’efforts et de continuité. Capables de mettre leur énergie ou leur violence dans une activité socialisée. Il faut croire que des femmes sont capables de sortir des schémas de soumission et des rôles prescrits. Il faut croire que des familles sont solidaires de l’effort des leurs pour s’élever dans les stratifications sociales. Il faut croire que l’islam est un peu soluble dans une société démocratique et laïque et dans des droits individuels, loin des prescriptions autoritaires et des faux-semblants hypocrites préchés par des Tarik Ramadan 1. Il faut croire que des jeunes issus de milieu socialement défavorisés sont capables d’émancipation et d’intégration.

Faut-il remarquer que chez ces accompagnateurs fraternels, ces éducateurs dans le plein sens du terme, se mélangeaient des fonctionnaires qui ne mesuraient pas leur temps et leurs efforts, des bénévoles soucieux de rigueur et de continuité, des amateurs soucieux de résultats et des professionnels ne négligeant pas le plaisir inclus dans l’effort sportif ? On me dira : il devait s’agir d’un sport éloigné des foules, des médias et des gros chèques ? Un vrai sport, quoi !

La vie n’est pas facile. Ne peut-on boxer avec la difficulté, à la loyale ?

Serge Vallon


(20/11/2006)



Vos réactions
Il y a 0 commentaire(s) à cet article
Poster un message
Par mesure de sécurité et suite à la recrudescence de spams, le forum est supprimé. Veuillez nous excuser pour ce désagrément.
La présentation des Ceméa et de leur projet
Qui sommes-nous ?
Historique des Ceméa
Le manifeste (Version 2016) - 12 thématiques
Contactez-nous
Les Ceméa en action
Rapports d’activité annuels
Agenda et évènements
Collectifs - Agir - Soutenir
Congrés 2015 - Grenoble
REN 2018 Valras
Prises de position des Ceméa
Textes et actualités militants
Groupes d’activités
Fiches d’activités
Répertoire de ressources (Archives)
Textes de références
Les grands pédagogues
Sélection de sites partenaires
Textes du journal officiel
Liens
Vers l’Education Nouvelle
Cahiers de l’Animation
Vie Sociale et Traitements
Les Nouveautés
Télécharger
le catalogue
Nos archives en téléchargement
gratuit
Commander en ligne
BAFA - BAFD - ANIMATION VOLONTAIRE
FORMATION ANIMATION Professionnelle
Desjeps
Dejeps
Bpjeps
Bapaat
Formation courte
FORMATION PROFESSIONNELLE DU CHAMPS SOCIAL
Éducation spécialisée
Moniteur éducateur
Caferius
Formateur Professionnel d'Adulte - Conseiller en insertion
Préparation au DEAVS, au CAFERUIS, au CAFDES
CURSUS UNIVERSITAIRE
SANTE MENTALE
Dans et autour de l’école
Europe et International
Les vacances et les loisirs
Politiques sociales
Pratiques culturelles
MÉDIAS, ÉDUCATION CRITIQUE et ENGAGEMENT CITOYEN