Communiqué de presse Le 18 avril 2018
Service national universel ou politique globale de jeunesse : faut-il choisir ?

Emmanuel MACRON, en tant que candidat puis en tant que Président de la République a affirmé à plusieurs reprises sa volonté d’instaurer un service national universel.
Alors qu’un groupe d’experts composé par le Président de la République est en train de réfléchir au sujet, le Cnajep a souhaité participer de cette réflexion en élaborant une Contribution au débat [1] qui leur a été envoyée.
Le Cnajep, Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire, fédère plus de 70 organisations nationales qui oeuvrent au quotidien, avec et pour toutes et tous, sur tout le territoire autour de projets éducatifs, culturels, artistiques, sportifs et citoyens, … Ce projet de service national universel nous interroge.

Le sens du projet
Malgré différentes expressions politiques, il demeure difficile de percevoir les objectifs fondamentaux de ce futur service national universel et les besoins auxquels il répond, ou encore le public à qui il s’adresse.

S’agit-il d’un projet de défense nationale organisé et encadré par les militaires ? S’agit-il d’un projet visant la citoyenneté, l’engagement, la mixité sociale ?

Cohérence éducative et politique globale de jeunesse
Quoi qu’il en soit ce projet de « SNU » doit s’inscrire dans une cohérence éducative qui ne prend pas les jeunes à un instant T mais sait regarder leurs parcours d’émancipation. Pour nous, la mixité, la cohésion, l’engagement ne se décrètent pas. Ils sont favorisés par des espaces de rencontre et de « faire ensemble » et se construisent sur du long terme. Ce projet ne doit pas faire oublier la nécessité d’une politique de jeunesse transversale et ambitieuse qui réponde aux besoins des jeunes et les considère comme une richesse et non un problème à résoudre.

La Contribution au débat du Cnajep apporte des points de vigilance à ce projet, pose des questions et réaffirme que tout projet pour les jeunes doit leur être utile, doit affirmer la confiance et l’intérêt qui leur sont portés. Oui, il faut investir mais investir vraiment dans la jeunesse !


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)