Le décalage horaire c’est pas un mythe !

[Pris sur le vif] Claudia et Yannick ont parcouru un périple de 12 heures d’avion, de taxi, de bus, et d’attentes pour rejoindre Valras et les rencontres de l’éducation nouvelle depuis Pointe-à-Pitre en Guadeloupe.

Le décalage horaire c’est pas un mythe, en réalité on a 6 h de décalage, ce sont pas 6h en plus, mais 6 h en moins. Donc à midi, pour nous il est 6 heures du matin et donc c’est un peu compliqué de prendre le rythme parce qu’à certains moments, on est censé dormir. Yannick raconte son gros manque de sommeil au départ et sa sensation d’être dans un état second, pendant quelques heures à leur arrivée.
Après un coucher express et une bonne nuit de sommeil, les représentantes de Guadeloupe sont d’attaque pour venir se ressourcer dans le bain ceméatique.

Claudia travaille comme assistante comptable au sein de l’association territoriale et c’est une occasion pour elle de connaître la France et de se détacher du quotidien toujours une peu stressant. Sa directrice territoriale qui l’accompagne insiste sur l’importance de vivre cette culture de l’éducation nouvelle si on ne vit pas ce genre de chose on ne peut pas toujours très bien cerner de quoi on parle. C’est d’abord vivre, c’est un petit peu ça le sens de notre mouvement, pour ensuite se l’approprier.
Yannick vient à Valras rencontrer des gens qui parlent le même langage pour  se nourrir à la source, rencontrer les représentants de l’association nationale, rencontrer les militants, faire de nouvelles rencontres 


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)