Jeunes, du risque d’exister à la reconnaissance
Armand Touati (dir.) - Tétraèdre, 2007

Voici enfin l’ouvrage issu du congrès 2005 de la revue Sciences de l’homme et sociétés, que l’on pourra recevoir et lire comme un hommage à Armand Touati qui avait créé et porté cette revue et les congrès qui y étaient liés.
Cet ouvrage collectif réunit à la fois les contributions de conférenciers et des synthèses libres issues des ateliers d’échanges de pratiques. Certes chaque auteur a sa propre entrée, et la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, la santé publique auraient pu alors se succéder sans logique. Ce n’est pas le cas pour deux raisons. D’une part une organisation en quatre grandes parties (Prolégomènes, L’intime, Du réel, de l’imaginaire et du virtuel, Alternatives) réunit les diverses approches sous des logiques de proximités de points de vues. D’autre part, tous les auteurs ayant pris la peine d’écrire non pas en langue de sociologues ou de psychologues mais en Français sans pour autant abdiquer de l’exigence théorique, le lecteur peut suivre son chemin construit sur des lectures et des approches interdisciplinaires.
Quelques grands thèmes transversaux émergent fortement : le type d’attention et le statut accordé aux prises de risques, avec des réflexions et des exemples qui vont à l’opposé des stigmatisations dominantes. La sexualité, fantasmée puis en acte, où il est beaucoup plus question de désarroi et de quête inquiète que de tournantes médiatiques et de réduction à la prévention de la transmission des virus. La question des initiations et des rites initiatiques, avec la proposition de qualifier de rites personnels de passage à dimension initiatique des pratiques juvéniles individuelles ou groupales « allant à contre courant de la société qui cherche à les prévenir » (Le Breton). Dernière richesse de ce livre, il pose en permanence en filigrane la question des adultes. Quelles sont les conséquences des injonctions permanentes faites aux jeunes de se singulariser, d’être autonomes, d’être libres ? Comment des adultes qui manifestaient dans le passé en scandant qu’il est interdit d’interdire font-ils pour construire des interdits nécessaires ? Comment fonctionnent (ou plutôt comment dysfonctionnent) les structures collectives d’accueil, d’éducation et de loisirs, et à quoi ne servent-elles donc pas dans l’accompagnement du grandissement des adolescents ? Voici un livre qui peut répondre à un triple usage. Les données scientifiques et leur questionnement en rapport avec les discours éducatifs dominants en sont la première entrée. Le deuxième concerne tous ceux qui font métier ou fonction officielle d’éducation. Le troisième de ces usages concerne tous les adultes en réflexion sur leur rôle non seulement éducatif mais aussi anthropologique dans ce qu’ils construisent comme société et comme relations. C’est alors une contribution au débat sur ce que pourrait être une réelle politique globale de la jeunesse qui est proposée ici.


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)