DOSSIER "Eduquer à la consommation"
Ven 537 : Une évidence qui ne va pas de soi.
Bertrand Chavaroche Christian Gautellier

Voir le sommaire n° 537 et commander en ligne

Education et consommation sont deux concepts distincts, voire opposés dans
l’histoire des Ceméa et de notre courant d’Education nouvelle, et dont le rapport encore aujourd’hui interroge. La question d’éduquer à ce que l’on appelle aujourd’hui la consommation est pourtant une préoccupation que les Ceméa portent depuis leur création. Cette préoccupation exprime une philosophie de la vie qui s’est élaborée « en puisant à deux sources principales, à deux cultures, le monde de l’éducation et le monde du travail »1 et en se nourrissant de la création artistique dans les mouvements culturels.
Faut-il rappeler que ce qui (a) fait la spécificité des Ceméa, c’est l’activité, la place centrale de l’agir, la mise en situation et relation des personnes et l’importance des interactions avec le milieu, ce qu’on appelle aujourd’hui l’environnement dans le processus éducatif, dans le développement de la personne.
En ce sens, l’objet, le jouet que l’on fabrique soi-même a-t-il (avait-il) plus
de sens que l’objet acheté, tout comme le cadre de vie que l’on aménage, la randonnée ou le voyage que l’on prépare, la vie quotidienne que l’on organise,
la cuisine que l’on prend en charge ? Ainsi l’autonomie, la créativité, si ce n’est
la création, le goût du bricolage, l’expression de soi, la responsabilisation sont
devenus les axes politiques et pédagogiques forts du mouvement pédagogique
Ceméa, les vecteurs culturels d’un positionnement critique voire de refus de
la société de consommation et de ses modèles 2. Jusqu’au moment où, comme le dit Jean Viard 1 la société a basculé « dans la course à la consommation et à la télévision », et où il a fallu pour les mouvements d’Education populaire prendre acte de la marchandisation croissante du temps et des activités humaines, en particulier dans le champ des vacances, des loisirs et de la culture ; où il a fallu résister, et opposer des modèles d’émancipation alternatifs aux logiques
consuméristes.


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)