Parité-genre-mixité ?

PARITE :
En sociologie, le principe de parité a pour projet de lutter contre une disparité tant dans le domaine de la représentativité dans les institutions que dans les salaires.

Constatant que certaines catégories sociales subissent une forte disparité entre leur nombre de base et leurs représentants élus, et qu’il existe parfois un handicap de rémunération dans les emplois occupés, notamment dans le secteur public, le principe de parité tente par des lois de redresser cette forme d’injustice.

Ainsi, la parité est un principe selon lequel la représentation des femmes et des hommes dans les instances de décisions doit être égale en nombre.

Le genre :
C’est le "sexe social", une notion apparue dans les années 70 suite à des études sur les inégalités entre homme et femme. Des chercheurs ont démontré que les différences systématiques entre les femmes et les hommes n’étaient pas déterminées biologiquement mais qu’elles étaient dues à une construction sociale et culturelle : Le genre. Les études sur le genre ont entre autre mis en évidence qu’il y avait dans la relation sociale entre hommes et femmes un rapport de pouvoir.

La mixité pourrait se traduire par le mélange des différents sexes dans un groupe. Dans l’éducation le principal enjeu de cette mixité étant d’assurer l’accès des filles et des garçons aux mêmes savoirs et aux mêmes apprentissages. En étudiant la question de plus près on constate que dans l’enseignement cette unification complète des cursus et des filières ne suffit pas : il y a des différences considérables d’orientation entre filles et garçons. On peut observer aussi de grosses inégalités entre les sexes quand à la réussite scolaire. La question de la mixité ne se résume donc pas au mélange des sexes. En réalité on éduque de façon très différenciée garçons et filles.


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)