Écritures
Pour une humanité partagée - Marie-Christine Hiebel-Barat

Itinéraires de formation,
Jean Oury
Orléans, Éditions
Le Pli, 2003.

Ce recueil d’articles paraîtra déroutant si on le traverse trop vite pour y lire une démonstration. Il s’agit en effet de réflexions méditatives sur le langage et l’écriture, la poésie et la mémoire, dans un contexte de soins psychiatriques. Citons : Adam et Ève ou comment la psyché vint aux humains ; l’organisation de la cité ; approche poétique de la quotidienneté. La réflexion ciselée de l’auteur dialogue avec les écrivains et les philosophes, de Rimbaud à Duras, de Hannah Harendt à Giorgio Agamben, sans oublier un retour aux textes biblique de la Genèse. La métaphore est l’outil qui permet de transformer le quotidien en quotidienneté, humanisante car partagée.
Singulier profil que cet auteur qui dévoile son histoire à demi-mot. Après avoir dirigé des hôpitaux, elle exerce la coordination administrative de la clinique de La Borde aux côtés de Jean Oury. Celui-ci a le génie de s’entourer et de permettre le développement de talent d’écriture comme ceux de Marie Depussé (cf. le dialogue Oury-Depussé dans À quelle heure passe le train ? Conversations sur la folie, Calmann-Lévy, 2003).
Ce livre nous offre en annexe à lire la réédition d’un article remarquablement limpide de Jean Oury sur la formation, la sienne comme celle de ceux qui voudraient travailler en psychiatrie. Pour lui, il faut accepter que cette formation comme dans le texte de Michel Butor, La modification, produise des effets insus qui, insensiblement, transforment la personne. La nécessité de grilles logiques ne doit pas empêcher « d’être là », dans le même horizon pathique que le patient. Sa leçon de clinique de la psychose s’articule ainsi avec une quotidienneté du dire destiné à atténuer les effets pathogènes (Oury dit « pathoplastique ») de la vie institutionnelle qui transforme les établissements en casernes ou en nécropoles. L’analyse institutionnelle et le processus ouvert de la formation constituent bien le cœur de la praxis.

Serge Vallon


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)