Avant Propos VEN N°545 - De l’activité - à propos de la place du livre jeunesse dans les médias et celle de l’enfant dans la société d’aujourd’hui, en France.

Au moment où le gouvernement s’apprêtait à augmenter le taux
de la TVA à 7% sur l’édition et donc le coût du livre, fragilisant
ainsi toute la chaîne du livre dont sa diffusion, les éditions Rue du
monde organisaient une rencontre débat au salon du livre de jeunesse
de Montreuil sur la place du livre jeunesse dans les médias
et celle de l’enfant dans la société d’aujourd’hui, en France.
Justesse d’analyse que de ne pas dissocier place du livre et place
de l’enfant et un vaste sujet, en effet, qui est un même combat
de société ! Plusieurs invités, auteurs, illustrateurs, journalistes,
responsables associatifs se sont succédés pour témoigner de leur
volonté d’un meilleur traitement médiatique, journalistique de
la littérature jeunesse dans les médias plus enclins à privilégier
ses vertus marketing que ses exigences de qualité et de créativité,
celles-ci étant pourtant le meilleur vecteur de sa diffusion.
Promouvoir la découverte d’albums, tenter de toucher de
nouveaux lecteurs et satisfaire les annonceurs sont aujourd’hui
dans les grands médias des logiques difficilement conciliables
voire opposées et globalement les journalistes présents pour
témoigner de leur ténacité, ont pointé le manque de prise de
risque et de curiosité dans leur profession pour faire valoir auprès
des rédactions une meilleure prise en compte du livre jeunesse.
La place indispensable du livre dans l’éducation des enfants dès
leur plus jeune âge a été rappelée une nouvelle fois, tout comme
le regard négatif et méprisant porté par les médias sur la parole
de l’enfant formaté uniquement comme prescripteur consommateur.
Pas de langue de bois ni de retenue de la part d’Alain Serres,
auteur et éditeur de Rue du Monde, devant un auditoire
convaincu et dans ce grand marché qu’est devenu ce salon pour
regretter aussi qu’il existe comme dans l’édition « vieillesse » de
mauvais livres pour la jeunesse. Et dans cette société qui dévore
les enfants et segmente le temps de leur enfance, « nous sommes
tous un peu responsables » a pointé Eric Favey secrétaire général
de la ligue de l’enseignement.
En ces temps de nécessaire mobilisation de tous les acteurs
éducatifs et culturels pour satisfaire les besoins en nourritures
culturelles et artistiques dont les enfants ont besoin dans tous les
lieux de leur vie quotidienne pour vivre leur enfance, l’annonce a
été faite d’organiser en 2012 de grandes assises du livre Jeunesse.
Les Ceméa soutiendront cette belle idée de l’éditeur militant et
artiste Rue du Monde.

Bertrand Chavaroche, rédacteur en chef
Christian Gautellier, Directeur de la publication


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)