La VAE à 10 ans. Journée d’étude "la mobilisation de l’expérience au service des identités professionnelles".

A l’occasion des 10 ans de la Validation d’Acquis de l’Expérience (VAE), l’Association Nationale des
CEMEA et le CFPES-CEMEA d’Aubervilliers proposent une journée d’étude afin de valoriser les
différentes manières de convoquer l’expérience dans le champ du travail social, de la formation.

 
En 2002, la Loi de modernisation sociale dans son article 133 précise que « Toute personne
engagée dans la vie active est en droit de faire valider les acquis de son expérience ». Pour
un mouvement engagé dans l’éducation populaire, ce texte est une invitation à ouvrir une
nouvelle voie. Ce n’est pas l’expérience en soi qui aurait de la valeur mais « ses acquis ».
Ce nouveau mode d’accès à la certification hisse l’expérience, « les savoirs d’action »
(Schön) au même rang que les « savoirs théoriques » intégrés avec plus ou moins de facilité
et seulement pour certains sur les bancs de l’école... Il n’y aurait plus de hiérarchie entre les
différents modes d’acquisition du savoir pour peu que l’on arrive à prouver ce que l’on sait
vraiment… Ceux pour qui l’ascenseur social est tombé en panne, les laissés pour compte du
système scolaire et de la formation professionnelle pourraient cheminer autrement dans leur
parcours… Plein de perspectives s’ouvrent… La réalité est-elle 10 ans après à la hauteur de
nos espérances ?

Ces 10 années d’existence de la VAE sont l’occasion de marquer une étape, un
anniversaire, mais aussi de s’intéresser « à ces apprentissages sauvages en dehors des
jardins à la française » (Feutrie, 2004) une invitation à penser, re-penser la place que l’on
accorde à l’expérience, la manière dont on la prend en compte, dont elle chemine, se
socialise dans un parcours de formation ou une démarche VAE car « le chemin se fait en
marchant » (Antonio Machado)…

Les « savoirs d’action » ont toujours eu une place de choix dans nos centres de formation
qui ont une tradition du cours d’emploi : on accueillait prioritairement en formation des
candidats qui avaient l’expérience du métier… et puis la régionalisation, les réductions
budgétaires, la VAE ont redistribué les cartes… Le nombre de formations en cours d’emploi
chute ces dernières années. La moyenne d’âge des étudiants diminue… L’expérience de
vie, de bénévolat, de militantisme, de travail n’est plus la même… L’expérience a-t-elle
disparue pour autant ?

Les formations en travail social, construites en alternance invitent à mettre au travail les
acquis de la formation théorique et à penser sa pratique : quel travail d’analyse de la
pratique lors de la formation ? Comment « se décentrer » ? Comment aider l’autre « à
descendre du vélo pour se regarder pédaler » ? Quelle interaction entre étudiants,
formateurs-terrain, centre de formation pour développer la démarche réflexive ?

10 ans après la Loi de modernisation sociale et la mise en place de la VAE dans le champ
de l’éducation spécialisée, il nous semble judicieux de nous arrêter, le temps d’une journée,
pour croiser les différentes manières de convoquer l’expérience en VAE et en formation.
Comment se tissent les liens entre le biographique et le professionnel ? Quels sont les
enjeux en termes de transitions identitaires ?

Lire le communiqué et consulter la programmation


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)