Paru dans l’Hebdomadaire Lien social 12/25 juin 2014
La folie sans Oury : Une clinique (aux deux sens du terme) chaleureuse
Joël Plantet

Anti mandarin par excellence, il a su parler aux psychoses. Le psychiatre Jean Oury s’est éteint dans la clinique qu’il avait fondée, La Borde, en Sologne. Pionnier de l’aventure de la psychothérapie institutionnelle, complice de lesquelles et de Guattari, il a toujours estimé que « soigner les malades sans soigner l’hôpital, c’est de la folie ».

Il y a trente ans, le jeune éducateur en formation [signataire de ces lignes] débarquant pour un stage à la clinique psychiatrique de La Borde ne pouvait qu’être frappé par la différence de regard porté sur la folie : cloisons évanescentes entre « soignants » et « patients », créativité à tous les étages, autonomisation, libre circulation et large ouverture sur l’extérieur... La carrière de Jean Oury, psychiatre débutant, a commencé dans un lieu mythique, Saint-Alban, forteresse paumée en Lozère investie après la guerre par le psychiatre François Tosquelles. Puis Oury fonde La Borde : il y restera toute sa vie en compagnie d’une centaine de malades psychotiques ou schizophrènes, avec le philosophe Félix Guattari (mort en 1992). Il résiste aux normes envahissantes, refuse de passer sous les fourches caudines administratives, combat les évaluations, dénonce la fermeture des lits en psychiatrie, l’arrogance parfois des pouvoirs publics ou des services de la Sécurité sociale. Il eut une vision coopérative du soin. Le mouvement des centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa) lui rend hommage : « C’est lui qui dès les premiers stages du secteur des « équipes de santé mentale » (ESM) des Ceméa, dans les années 50, a défendu le savoir infirmier et la fonction thérapeutique de leur action au quotidien. » Jean Oury, stabilité dans la prise en charge, mais questionnement permanent... Il nous avait conseillé, aux États généraux des éducateurs organisés par Lien Social en 1992, de toujours nous demander : « Qu’est-ce que je fous là ?


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)