Le "Pacte pour la réussite éducative" a été signé notamment par le président du CAPE, Jean Luc Cazaillon

Le "pacte pour la réussite éducative" a été signé ce 15 octobre. George Pau-Langevin a évoqué "les valeurs" qui fédèrent toutes les parties concernées par la réussite éducative et qui fondent la continuité des interventions, la cohésion des acteurs pour "la cohésion de notre pays".

Son homologue chargée de la Famille insiste : "la réussite éducative n’est pas que l’affaire des enseignants". Encore faut-il que les familles soient soutenues, et
les signataires du Pacte pour la réussite éducative non pas stigmatisées, car, souligne-t-elle, aucune d’entre elles n’a jamais dit "je ne veux pas bien éduquer mon enfant" ! C’est pourquoi le budget du soutien à la parentalité est doublé. "La médiation sociale est fondamentale."

pacte_reussite_educative

Dominique Bertinotti estime qu’en revanche le parcours de certains parents qui veulent la meilleure crèche, puis la meilleure maternelle, la meilleure école, le meilleur collège en attendant le meilleur lycée, est "destructeur". Pour les 0-3 ans, il faut "une meilleure concertation avec l’Éducation nationale" et développer "les classes passerelles". Le RFVE (réseau français des villes éducatrices) a salué la fin de "la concurrence entre les ministères", faisant implicitement allusion à la rivalité qui avait opposé la Ville et la réussite éducative, lancée par J-L Borloo, et l’Education nationale. De même le CAPE (le collectif des association partenaires de l’école) souligne le caractère "essentiel" de la dimension "pluriacteurs" pour une "approche globale de l’éducation", mais il relève aussi la "dimension éthique" du pacte.

Les signataires sont Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, George Pau‐Langevin, ministre déléguée en charge de la Réussite éducative, François Lamy, ministre délégué chargé de la Ville (représenté par Raphaël le Méhauté, secrétaire général du Comité interministériel des Villes), Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, Jean‐Louis Deroussen, président du conseil d’administration de la Caisse Nationale des Allocations Familiales, Jacques Pelissard, président de l’Association des Maires de France, Claudy Lebreton, président de l’Assemblée des Départements de France, Alain Rousset, président de l’Association des Régions de France, Michel Destot, président de l’Association des Maires des Grandes Villes de France, Renaud Gauquelin, président de l’Associations des Maires Ville et Banlieue de France, Anne‐Sophie Benoît, présidente de l’Association Nationale des Directeurs Education des Villes, Frédéric Bourthoumieu, président de l’Association Nationale des Acteurs de la Réussite éducative, Jean‐Luc Cazaillon, président du Collectif des associations partenaires de l’école publique, par ailleurs directeur général des Ceméa, Yves Fournel, président du Réseau Français des Villes Éducatrices. DEI France pourrait se joindre aux signataires.

Lire le dossier de presse sur le site du Ministère.

Source : la lettre de ToutEduc


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)