- Conférence européenne -
Les politiques publiques de coopération au développement : quelles réponses aux enjeux de nos territoires ?
Les Ceméa animeront des ateliers lors de la journée
de conférence européenne de l’AFCCRE le 19 Mai à Orléans
a destination du public cible prioritaire : élus et agents européens locaux et régionaux en charge des politiques et programmes de coopération au développement.

les CEMEA ont été sollicités pour animer des ateliers lors de la journée de conférence européenne de l’AFCCRE (Association Française du Conseil des Communes et Régions Européennes) qui est un réseau national de 1300 collectivités et un réseau européen.

Entre 6 et 8 personnes du réseau des CEMEA sont attendues pour pouvoir encadrer ces ateliers.

Cette journée est organisée en partenariat avec l’AFD, Educasol, le F3E, le CNFPT, l’ARF, Cités Unis France, l’ARRICOD (Association des professionnels de l’action européenne et internationale des collectivités territoriales), la CIEDEL (Centre International d’Etudes pour le Développement Local), le mouvement européen du Loiret, et des réseaux régionaux multi-acteurs de solidarité internationale (Cap Coopération, Centraider, Cerapcoop, Horizons Solidaires, Bourgogne Coopération, Cercoop F-C, Multicoolor, Midi-Pyrénées Coopdev’,Territoires Solidaires, Resacoop).

L’objectif de ces ateliers est de faire émerger un argumentaire en faveur de l’implication des collectivités territoriales dans les actions internationales, en faveur de l’ouverture internationale des territoires.

120 personnes sont attendues, qui seraient réparties l’après-midi en trois groupes de 40 personnes, eux-mêmes répartis en sous-groupes selon la méthode du world café pour deux groupes et de jeux de rôle pour le groupe 3.

||
|Les partenariat s de coopération pour le
développement : oui, mais pourquoi ?

Dans un contexte européen et national marqué par des tensions
sur les finances publiques, notamment locales, des réformes
en matière de gouvernance territoriale et des rendez-vous
électoraux porteurs de fortes incertitudes, notamment en raison
de la montée des extrêmes politiques, l’action internationale des
autorités locales et régionales est susceptible d’être questionnée,
plus encore dans sa dimension solidaire.

Promouvoir des valeurs, répondre aux enjeux
de nos territoires : des objectifs ambitieux qui
doivent être réaffirmés et explicités

Modeste en termes d’engagement financier au regard de son
poids dans les budgets locaux, cette politique publique se doit
pourtant d’être ambitieuse dans ses objectifs, tant elle est en
capacité de contribuer à répondre à de nombreux enjeux de
nos territoires : cohésion sociale, vivre ensemble, engagement
citoyen, gouvernance inclusive, animation territoriale,
ouverture internationale des populations - notamment les plus
jeunes - mais aussi des acteurs, territorialisation des enjeux
environnementaux.

Un impact positif à identifier et valoriser

Si ces objectifs sont connus et partagés par l’ensemble des
acteurs qui sont engagés dans ces partenariats, il apparaît
souvent difficile d’identifier et de valoriser de manière
intelligible l’intérêt local à coopérer. Dans le cadre d’une séance
plénière introductive puis d’ateliers, l’objectif de cette journée
sera ainsi de capitaliser sur l’expérience de chacun(e) pour
construire collectivement un argumentaire et ainsi faciliter
la valorisation, auprès des populations, de l’impact positif des
politiques publiques de coopération au développement sur nos
territoires.|
||

Les ateliers seront chacun introduits par l’intervention d’un « Grand témoin » qui apportera sa contribution spécifique :

o Atelier 1 : Bernard MACRET, Adjoint au Maire de Grenoble en charge des Solidarités Internationales, qui témoignera de l’expérience des « Ateliers de la coopération et de la solidarité internationale » visant à associer davantage la Société civile et à impliquer activement les Grenobloises et les Grenoblois pour co-construire cette action publique ;

o Atelier 2 : un intervenant européen (confirmation à venir) ;

o Atelier 3 : Michèle PASTEUR, Chargée de formation et d’études au Centre de ressources du développement territoriale (ETD), qui présentera l’étude pilotée par l’ADF sur « la coopération décentralisée en matière d’inclusion économique et sociale et de développement local ».

Contact Delphine Léger


© Site officiel des Ceméa (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)